33 sénateurs de l’État de New York exhortent l’AMPTP à négocier avec l’IATSE de «bonne foi» – The Hollywood Reporter

by Oliver Carr | Last Updated: October 1, 2021

Trente-trois sénateurs de l’État de New York ont ​​signé une lettre dénonçant les conditions de travail « scandaleuses » et exhortant l’Alliance des producteurs de films et de télévision à revenir à une « négociation de bonne foi » de son accord de base avec l’IATSE. Le syndicat, à la suite de l’échec des négociations, a appelé à un vote d’autorisation de grève à l’échelle nationale qui doit avoir lieu à partir de vendredi.

“Nous avons entendu des histoires épouvantables de nos électeurs qui travaillent dans l’industrie, détaillant une pratique standard consistant à travailler de longues journées consécutives avec peu ou pas de pauses, ce qui a de graves répercussions sur la santé mentale et physique de ces travailleurs”, lit-on dans la lettre à l’AMPTP. , signé par la sénatrice de l’État de New York Jessica Ramos, présidente du comité du travail du Sénat de New York, et cosigné par 32 autres sénateurs de l’État de New York.

L’Alliance internationale des employés de la scène théâtrale (IATSE) organise un vote d’autorisation de grève ce week-end, après que les dernières discussions entre le syndicat et l’AMPTP n’ont pas abouti à un accord. Un « oui » pour l’autorisation nécessitera au moins 75 pour cent des membres qui votent dans chaque section locale, ce qui serait émis par les votes des délégués. Un vote « oui » donnerait au président de l’IATSE, Matthew Loeb, l’autorisation d’appeler à la grève si la direction décidait qu’il s’agit de la meilleure ligne de conduite.

Les problèmes comprennent les salaires et les périodes de repos. Dans la lettre, les sénateurs qualifient les pratiques de travail actuelles de « scandaleuses et nuisibles à la santé et à la sécurité » des travailleurs. La lettre affirme que le « refus de l’AMPTP de répondre de manière raisonnable ou responsable à ces questions et à d’autres questions importantes » a provoqué l’impasse et le vote d’autorisation de grève.

Les sénateurs ont averti qu’une grève “perturberait considérablement l’industrie, l’économie et les communautés que nous représentons” et ont écrit qu’ils “espèrent que les deux parties négocieront de bonne foi et parviendront à un accord de consensus”.

Concernant les conditions de travail actuelles, les sénateurs écrivent qu’il est devenu « courant que les travailleurs commencent la semaine par une journée de travail de plus de 12 heures ou plus, souvent sans pause pour les repas, suivie d’une pause de 10 heures, puis de retour au travail. pour une autre journée de travail de 12 heures ou plus.

La lettre partage également l’histoire d’un membre de l’IATSE à New York « qui a travaillé une semaine typique de longues heures, les appels de travail passant du lundi matin tôt à un appel de nuit se chevauchant du vendredi au samedi matin. Le dernier jour de la semaine de travail, ce travailleur s’est endormi au volant alors qu’il rentrait chez lui, totalisant son véhicule, tout en repartant miraculeusement indemne. D’autres travailleurs n’ont pas été aussi chanceux, mais ces histoires sont trop typiques et illustrent exactement le problème avec le calendrier de production actuel. »

La lettre est cosignée par les sénateurs Krueger, Salazar, Reichlin-Melnick, Hoylman, Kennedy, Gaughran, Sanders, Kaplan, Serrano, Liu, Brouk, Hinchey, Cooney, Boyle, Thomas, Brisport, Skoufis, Mayer, Jackson, Biaggi, Gounardes, Savino, Harckham, Mannion, Kavanaugh, May, Rivera, Comrie, Stavisky, Persaud, Myrie et Bailey.