3e anniversaire de la manifestation des gilets jaunes à Paris


N.-É.Des centaines de manifestants se sont rassemblés depuis trois ans dans le mouvement des Gilets jaunes à Paris entre Bercy et Alésia samedi après-midi 20 novembre. Des panneaux affichant “Saison 3” ont également été balancés, mais d’autres panneaux ont affiché presque les mêmes exigences qu’à l’automne 2018, et ont également affiché un message hostile à la politique de santé. “Impôts”, petites retraites, “hommes politiques qui ne connaissent pas les problèmes français” : “Ne lâchez rien” Le thème traditionnel du gilet jaune a toujours été mêlé à d’autres. Parcours santé. Un signe mettant en cause “un pays au bord de l’overdose”. Jérôme Rodriguez, figure emblématique des Gilets jaunes, était présent au rassemblement.

“On est là parce que je pense que les Gilets jaunes vont gagner”, garantit Marie Huge, 68 ans, d’Orléans, présente depuis les premières semaines du mouvement. Elle accuse « le pays le plus taxé du monde », « la politique », « n’aime pas » et « les politiciens qui ignorent les problèmes de la France ». “Nous demandons depuis le début le RIC”, un référendum d’initiative citoyenne.

La police dissout le cortège

Elle est avec son amie Georgette, qui perçoit une indemnité de départ de moins de 1000 € par mois. « Ils ont baissé notre pension ! […] Et l’histoire des 100 euros, c’est un coup de bluff”, dit le gouvernement, protestant ce dernier contre les 100 euros “d’indemnité d’inflation” promis à 38 millions de Français qui touchent moins de 2.000 euros par mois.

Lire à nouveau“Le président nous met à rude épreuve” : la Macronie au bord de la faiblesse de la mémoire

Plusieurs incidents interrompirent le cortège qui s’éparpilla dans tout Paris. La police a utilisé des gaz lacrymogènes à plusieurs reprises. Selon le parquet de Paris, deux personnes ont été interpellées par la police à côté de la manifestation dans le cadre d’une enquête pour outrages aux pouvoirs publics. Selon la préfecture de police, il s’agit d’une grande photo de Joe Biden, d’Emmanuel Macron et du commissaire de police de Paris Didier Lallement dans une position rusée, le propriétaire et chauffeur d’un food truck rose. Ce dernier a décidé de porter plainte, a indiqué la préfecture de police.