“50 nuances d’Eric Zemmour” : Marlene Siappa ridiculise l’argument de LR


E3 tonnes Le dimanche 21 novembre, cinq candidats républicains ont programmé la troisième et avant-dernière fois sur le plateau de CNews cette fois-ci. A huit jours du début du vote interne, où environ 150 000 adhérents LR désignent leurs poulains préférés, Eric Ciotti et consorts feront tout ressortir, quitte à renforcer clairement le bras droit. Orientation politique qui n’a pas échappé à Marlène Siappa. Chez Mike dans Europe 1 ce lundi 22 novembre, la déléguée ministérielle à la citoyenneté n’a pas caché son malaise après avoir vu “l’essentiel du débat”. Selon elle, il n’y a aucun doute. L’ombre de “Z” dépend du programme candidat LR.

Lire à nouveau“Z” à la Zemmour : décrypter des phénomènes politiques inédits

Notion problématique

“La plupart des candidats ont passé du temps à courir après la proposition”, a-t-elle déclaré, condamnant l’argument avec “Eric Zemmour en 50 couleurs”.selon Le FigaroLe ministre a notamment souligné la séquence selon laquelle Philip Juvin, peut-être le moins en vue des candidats, l’a confirmé. “Je pense que notre civilisation est meilleure que n’importe quelle autre civilisation.” Par Marlene Siappa, “La plus symbolique et logiquement sans valeur de ceux qui veulent être le chef d’Etat d’une grande puissance mondiale. Un communiqué disant. Pour ne rien arranger, selon le ministre, évaluer la qualité réelle ou attendue d’une civilisation et, par voie de conséquence, sa position hiérarchique serait un « concept problématique ».

Lire à nouveauEric Zemmour, nourriture interdite à droite

Pince à identité

Cependant, Marlene Siappa a ajouté que l’inspiration de Valérie Pécrès, Michel Barnier, Eric Siotti, Philippe Juvin et Xavier Bertrand ne viendrait pas que du rang (extrême droite). Selon elle, certains candidats se plongeront ouvertement dans la proposition de Macrony. “Xavier Bertrand ne répète pas très bien ce que dit Gérald Darmanin”, a déclaré le ministre, convoquant Michel Barnier dans les rangs du Pragialiste. Comme une réponse à une vieille déclaration d’un autre membre de l’administration Jean Castex. Lors des élections communales de juin dernier, Bruno Le Mer avait en effet accueilli Xavier Bertrand comme candidat d'”Emmanuel Macron, ministre de l’Economie (…) lors de sa réélection”. Depuis 2017 et le naufrage du Hwiyoung, les droits de la France, qui ont été démembrés, n’ont que 10 jours pour faire un choix. Est-ce l’ombre de « Z » ou la relation parent-enfant du macroniste ?

Lire à nouveauParlement républicain : La douleur de Xavier Bertrand