750 policiers ont demandé une aide d’urgence en 15 mois


VIl peut être masqué par de nombreux tags et même attaqué. Les policiers sont plus que jamais visés en raison de leur profession. Un phénomène inquiétant qui a poussé le ministère de l’Intérieur à mettre en place un groupe d’entraide pour les victimes policières appartenant à la Direction générale de la sécurité (DGPN) en août 2020. Un nouveau service qui fait sonner le téléphone.Selon notre collègue deEurope 1, 750 hommes et femmes en uniforme ont ainsi exprimé leur détresse. Autrement dit, en moyenne, vous passez un ou deux appels par jour.

Quelle est la mission de la « Task Force » ? “Cela va de l’audition et de l’assistance juridique à, dans les cas les plus graves, un changement ou une relocalisation de résidence”, a déclaré à une radio privée Philip Zanardi, chef du département d’appui aux responsables de la police nationale. Depuis la création du service il y a 15 mois, 12 policiers ont bénéficié du déménagement, avec l’aide de la famille de l’agent.

Explosion de violence contre la police

selon monde, Les agressions policières ont plus que doublé au cours des 20 dernières années. En effet, près de 85 cas de « violences contre les pouvoirs publics » sont recensés quotidiennement. Chaque jour, ils pensent même que ces chiffres sont peut-être sous-estimés, et les victimes ne rapportent pas systématiquement les faits mineurs dont elles auraient été victimes. Le département de soutien des fonctionnaires de la police nationale veut améliorer cela.

Lire à nouveauCoup de feu “fait pour tuer”: la police vise Lyon