A Marseille, Eric Zemmour a l’air plus seul que jamais

La « marche » a été taquinée par son équipe pendant des semaines. Eric Zemmour était un exercice essentiel pour le candidat à la présidentielle et s’est rendu ce vendredi à Marseille pour rencontrer les habitants. Le vendredi après-midi, l’ambiance de la place Daviel est électrique. Des dizaines de manifestants se sont rassemblés pour protester contre l’arrivée d’Eric Zemmour. Ils seront bientôt démantelés par la police. Avec Jeanne Marti, ancienne élue de l’Union nationale, les polémiques se précipitent dans les rues de Pannier, un quartier célèbre et populaire de Marseille. Loin des bains de foule et des poignées de main traditionnels. La rue est vide. Marseille a demandé Eric Zemmour. ” Je m’appelle Mohammed. Pensez-vous que je ne suis pas français ? ” Il n’y a pas de réponse. Juste un coup d’œil à ses gardes. Ni le dialogue ni la discussion n’implique un seul habitant.

La visite du quartier ne dure que 15 minutes. Le futur candidat plonge alors dans sa voiture et se dirige vers Notre Dame de Lagarde. “Il n’y avait personne là-bas, je ne voulais pas déranger les gens”, s’est défendu l’essayiste devant les journalistes. La séquence de proximité avec les Français est un échec. Son équipe en est consciente. “Serrez-vous la main et amenez ‘Halo Dam’ au marché, pas lui”, admet l’un de ses proches. Et son errance intervient quelques jours après l’errance de Marine Le Pen à Vesoul, qui a été demandée par les habitants de la ville pendant près de quatre heures, tellement le contraste est encore plus douloureux. La classe est tenue pour responsable de la présence de manifestants qui auraient gêné le bon déroulement de la visite. Mais si Marseille ne voulait pas d’Eric Zemmour, les polémiques le leur rendraient. “Marseille est un contre-exemple à ce dont la France a besoin”, assure-t-il, et ne tient pas à éloigner les électeurs de la deuxième ville de France.

« Il parle de la France, mais pas des Français.

« C’est le problème global d’Eric Zemmour. Il parle de la France, mais il ne parle pas français. Il analyse les observateurs sollicités par les Zemmouristes. Personne dans son équipe n’est à lui. Pas au courant des conséquences désastreuses de l’image. » Ce voyage se voulait le premier contact réel avec le terrain, loin de la tournée littéraire. Et si la plupart des candidats voulaient vérifier la case populaire et achever son relooking, il apparaîtrait plus que jamais à Marseille seul. Interrogé en réunion le 5 décembre sur l’absence de Philippe de Villiers, il a déclaré à l’unisson : “Les amis qui ne tiennent pas parole sont toujours déçus”. Heureusement pour lui, il voulait qu’un autre “ami” vienne le renforcer samedi et éliminer les mauvaises choses de la veille. La polémique, accueillie par la cathédrale avec le drapeau “Zemur Clear” sur l’édifice, a rejoint le sénateur RN Stéphane Ravier près de Marion Maréchal et il s’est rendu avec lui.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Pourtant, interrogé sur la raison de son existence, ce dernier a assuré qu’il s’agissait d’un “soutien amical”, et non d’un soutien politique. “Pour autant que je sache, il n’est pas candidat”, a-t-il ajouté. Mais pour les polémiques, quel que soit le manque de ralliement politique. Il l’affirme à nouveau : « L’élection présidentielle est une rencontre de personne à personne. » La théorie selon laquelle même son camp commence à se tordre. “Ce genre de comparaison fonctionne à Sirac. Personnellement, j’ai un peu de mal à m’imaginer Rungis Zemmour à table avec un maraîcher à 6h du matin…”, a déclaré le soutien.


avis

Chronique

Pierre Assouline, journaliste, écrivain, membre de l'Académie Goncourt, et chroniqueur de L'Express.Pierre Athrine

Chronique

Rapide! Rapide! Il faut blâmer, justifier, exiger encore une autre loi, imposer au nom du bien et critiquer Abnus Charmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo