Accumulation de missions : le Parlement dit non au retour de l’adjoint au maire

Les parlementaires ne peuvent plus être maires, vice-présidents, présidents, ou vice-présidents de conseils intercommunaux, départementaux ou locaux, la loi ayant voté le non cumul des missions sous François Hollande.

Expérience et retour sur les lieux, sauf que les parlementaires de droite et de centre pensent que les parlementaires seront perdants à avoir plus d’ordres locaux. Les agents de l’UDI ont déposé vendredi un projet de loi de fond pour renverser cette disposition déjà adoptée en octobre par le Sénat régi par les droits.

Rappelant 15 ans d’expérience en tant qu’adjoint au maire de Drancy (Seine-Saint-Denis), le patron du groupe UDI Jean-Christophe Lagarde a entériné ce “cumul limité mesuré”. Selon lui, il est « équilibré » et ne « reculera » pas. Dans la voix de Bridget Custer, le Groupe LR a souligné et soutenu “notre démocratie n’a pas été renforcée” de la non-accumulation, contrairement à l’objectif affiché. Le même ton que Bruno Bilde de l’Union nationale. “La loi a aidé à tenir les élus à l’écart du public”, a-t-il ajouté. “”

“Mieux soigner que la maladie”

Mais pour la grande majorité des gens, nul doute qu’ils reviendront sur cette accumulation de missions. “Vous affaiblissez la fonction d’adjudant”, qui serait “inefficace et inutile”, a ajouté Aurore Bergé (LREM). “Avec le soutien de Jean René Caseneuve (LREM), qui a défendu un bataillon de macronistes arrivé en demi-cycle en 2017.” Qui a été le plus déconnecté ? Adjoint au maire depuis des décennies ? Ou vous vivez dans une entreprise, un hôpital ou une association et venez apporter son expérience à ce demi cycle ? », a-t-il lancé.

Dans ce cadre, l’aile gauche est venue soutenir la majorité, estimant que le projet de loi centriste était « en déclin et régressif » et a suggéré « un remède pire que la maladie ». “”

Cependant, la représentante de la ville, Nadia Hai, n’a pas complètement fermé la porte. Selon elle, le non-cumul a permis le “renouvellement de la classe politique”, mais obtenir une note globale est “prématuré”. “La réflexion mérite d’être approfondie”, a-t-elle ajouté, mais même le Premier ministre ou encore le président du Parlement, Richard Ferrand, s’est récemment déclaré favorable à un ajustement des règles non cumulatives.