Affaire Jubiler : le mari clame son innocence et veut être libéré

L’audience de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Toulouse s’est tenue à huis clos à la demande du parquet, contrairement à l’avis de l’avocat de la défense.

A peine entré dans la salle, Cédric Jubiler, portant un masque sur le visage, se rasant la tête, et vêtu d’un pull noir et d’un jean, a raconté à de nombreux journalistes présents avant que la caméra ne se déclare sur la caméra.Je suis innocent, j’ai pas tué Delphine« Avant que le président de la salle de leadership n’évacue la salle.

“”Nous portons l’affaire devant la Cour de cassation, nous ne respectons pas les normes judiciaires du huis clos“J’ai blâmé l’un des avocats, Alexander Martin, et j’ai déploré que son client ne l’ait pas.”Quelques secondes pour parler (médias)“.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Une nouvelle fois, la défense a demandé la libération du mari de l’infirmière, disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Sa conseillère latérale, Chantal Firmigier-Michel, a demandé son placement en détention.

Cédric Jubiler est emprisonné depuis le 18 juin après avoir été inculpé de meurtre intentionnel et a demandé sa libération au juge des libertés et de la détention (JLD) en juillet. Il a alors fait appel devant la chambre d’instruction de la cour d’appel.

Jusqu’à présent, son appel a été rejeté et le tribunal estime qu’il existe des preuves suffisantes pour justifier son maintien en détention à la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse.

Dans le cas de Me Martin, l’enquête est au point mort et l’expertise tarde à s’ajouter au dossier.

“”Ce gars n’a pas encore entendu parler des avantages de l’affaire“L’avocat a déclaré se référant au contre-interrogatoire de Cédric Jubiler le 15 octobre devant deux juges d’instruction après le 3 décembre.”L’idée originale de Genderm est qu’il peut être le seul coupable“, Il ajouta.

De leur côté, le Parti des citoyens défend le maintien en détention. »En raison de la nécessité d’une enquête», a poursuivi l’avocat Laurent de Corne.

“”Il y avait du temps pour la collecte de données et du temps pour une analyse détaillée“Soulignez un autre Laurent Boge et félicitez-vous.”Utilisation d’un logiciel d’analyse de la criminalité“Laissez-le juger”ImpressionnantPar “par”Élément objectif“Il a libéré Cédric Jubiler et lui a permis de l’affronter.

Pour la défense, cet outil n’apporte pas grand-chose. “”On démarre la justice avec un algorithme… ça nous permet seulement de faire un tableau récapitulatif“, dis-je Martin.

L’avocat d’un peintre plâtrier de 34 ans en cellule condamne la détention provisoire. »Abuser de“Et considérez-le.”Viole la présomption d’innocence“.”Cet homme est dans une quarantaine intolérable“, a encore blâmé la défense.

Si la justice plaide le bien-fondé de l’affaire.”Un tas d’indices sérieux et cohérents“A ses clients, l’avocat Emmanuel Frank les explique :”insuffisant“.

“”Aucune preuve, aucun corps, aucune scène de crime“, croit-elle, et”je ne sais pas ce qui s’est passé« Avant que Cédric Jubiler rapporte à Genderm que sa femme a disparu du domicile de ses parents dans le village de Cagnac-les-Mines près d’Albi.

Depuis, les deux jeunes enfants du couple sont placés chez la sœur de Delphine Jubilar.

De nombreuses recherches ont été effectuées par sexe autour du village. Régulièrement, des amis d’infirmières se réunissent pour explorer les champs et les forêts autour de Cagnac Remine, à la recherche d’indices.

Lundi soir, jour de son 34e anniversaire, des proches de Delphine Jubillar et des villageois se sont rassemblés devant la maison sans pilote du couple, qui a éclairé le portrait d’une femme disparue avec une bougie.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

La décision de la chambre d’instruction a été notifiée le 22 décembre.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow de l’Institut Montaigne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.