Agression sur la colline du Capitole : l’enquête fait un pas de plus vers Trump


nonNouveau revers pour Donald Trump. Un tribunal a approuvé jeudi 9 décembre le transfert de documents au Congrès qui pourraient impliquer l’ancien président américain dans l’attaque du 6 janvier contre le Capitole. Cette décision ouvre la voie à l’envoi de centaines de pages de documents à la commission parlementaire mise en examen en mettant en avant le rôle de l’ancien président républicain dans cet attentat. Cependant, le tribunal a fait appel devant la Cour suprême des États-Unis, le laissant pendant 14 jours.

Son porte-parole l’a immédiatement informé de son intention de le faire. “Quelle que soit la décision prise aujourd’hui par la Cour d’appel, la procédure devait toujours se terminer devant la Cour suprême”, a déclaré Liz Harrington sur Twitter. Le président de la Commission, le démocrate élu Benny Thompson, et sa deuxième républicaine Liz Cheney ont salué la décision du tribunal. “Nous arrivons à la vérité”, ont-ils déclaré dans un communiqué.

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a également salué la décision, déclarant que “personne ne devrait être autorisé à troubler la vérité”. Donald Trump veut garder ces archives secrètes. Cela comprend, entre autres, la liste des personnes qui lui ont rendu visite ou qui l’ont appelé ce jour-là. Une commission aux mains des démocrates enquête sur les attaques perpétrées par ses partisans dans des sièges parlementaires lorsque des élus ont prouvé la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle.

Lire à nouveauAvec Pro Trump qui voulait jouer la capture du Capitole

L’ancien président, qui nie toute responsabilité dans l’agression, accuse le “jeu politique” et refuse de coopérer. Il est allé devant les tribunaux au nom des privilèges du pouvoir exécutif pour garder ses communications secrètes, même lorsqu’il est convoqué par le Congrès.

Conclusions attendues à moins d’un an des élections de mi-mandat

Après avoir contredit la décision initiale, la Cour d’appel s’oppose à la décision de Joe Biden, l’actuel locataire de la Maison Blanche, qui a autorisé jeudi les gouvernements des archives à soumettre ces documents au Congrès. « Dans cette affaire, un ensemble de facteurs rares et puissants ont soutenu la publication du document en question, étant donné la nécessité d’enquêter et de corriger une attaque violente et sans précédent contre la juge Patricia Millett à Washington. Masu (…) Cour d’appel fédérale .

Lire à nouveau“Une ligne directe entre le complot du 11 septembre et l’invasion du Capitole”

Cette décision représente une victoire importante dans la lutte contre le temps initiée par une commission spéciale de la Chambre des représentants. Elle souhaite publier ses conclusions dans un délai d’un an avant les élections de mi-mandat, lorsque les républicains pourront reprendre le contrôle de la Chambre des représentants et pourvoir leurs postes. Avec cette échéance en tête, la Commission avance : elle a déjà entendu plus de 300 témoins, a déclaré jeudi Liz Cheney. Cependant, un ancien locataire de la Maison Blanche a exhorté son entourage à resserrer les rangs.

Lire à nouveauTrump revient sur scène, montrant qu’il est toujours son patron

L’un de ses architectes victorieux en 2016, le riche en soufre Steve Bannon, a été accusé d’avoir écouté une invitation au Congrès et d’avoir entravé le pouvoir d’enquête du Congrès. C’est pourquoi il risque la prison. L’ancien chef de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows, risque de subir le même sort. Le comité se réunira lundi pour décider de recommander ou non des poursuites. “Ne vous y trompez pas. Le président Trump essaie de cacher ce qui s’est passé le 6 janvier”, a averti Liz Cheney sur Twitter. “Je ne laisserai pas cela arriver”, a-t-elle prévenu.