Amiens, Beauve, Chartres… la ville de la cathédrale adoptée par les télétravailleurs.

Avec la centralisation et l’émergence subséquente du Grand Paris, la « ville cathédrale » autour de la capitale a été un peu oubliée. Mais ils sont sortis de l’ombre depuis le début de la crise sanitaire. Leurs atouts semblent inévitables du fait du développement du télétravail, du désir d’avoir plus d’espace à la maison, et du désir d’améliorer la qualité de vie.

Amiens, Beauve, Chartres, Orléans et Rouen ont des caractéristiques communes. Tout d’abord, bien sûr, la magnifique cathédrale gothique. Deuxièmement, il est à moins de 150 km de Paris, avec un accès direct en train et un accès quotidien fréquent. Mais il y a aussi une dimension d’échelle humaine et de proximité avec la nature. Celle-ci est de plus en plus recherchée par les Franciliens en déplacement.

Ils continuent à travailler en Ile de France et peuvent faire la navette entre leur domicile et leur bureau plusieurs fois par semaine. Le reste du temps, ces communes assurent une bonne connectivité internet grâce au déploiement de la fibre optique, ce qui leur permet de faire office de secrétariats à distance.

Maisons et bureaux à bas prix

Cependant, il existe de nombreux autres avantages. Un établissement d’enseignement supérieur garant du dynamisme économique, un vivier d’emplois qualifiés. Cela permet aux entreprises de recruter plus facilement localement. Enfin, le principal avantage par rapport à la région parisienne est d’être particulièrement abordable et d’avoir un faible coût de la vie. Pour les maisons privées, les entreprises et les bureaux.

C’est précisément ce rapport distance-prix que le spécialiste de l’immobilier d’entreprise Arthur Lloyd a étudié avec les derniers baromètres sur l’attractivité des grandes villes françaises. Car l’immobilier est la principale dépense des ménages et la deuxième dépense des entreprises. L’amélioration du pouvoir d’achat est considérable par rapport à Paris.

La médiane d’un appartement de 60 m² en centre-ville oscille entre le quart du total de Rouen (contre 154 200 €). Il est capitalisé à 652 200 euros) et à Beauve un sixième (99 000 euros). Pour une maison de 100 m², l’écart est encore plus grand. La médiane (de 188.000 € à 212.000 € selon les régions) est d’environ un septième du capital, qui atteint 1,38 M€.

A louer pour des bureaux « premium » dans un neuf et très bien situé, le ratio est de 4,5 à Chartres (200 euros/m²/an contre 920 euros/m²/an à Paris) et 5 à Amiens (165 euros/m²). / Année). ) Soit 6 (150 euros/m²/an) pour Orléans, Rouen et Beauvais.

Par conséquent, l’immobilier est un critère important pour les nouveaux résidents potentiels ainsi que pour les entreprises qui souhaitent déménager pour limiter les coûts. La dynamique de la ville cathédrale va-t-elle s’accélérer ? Dans ce cas, à moyen terme, on pourrait lui donner un autre nom, comme « Super Grand Paris » ou « Very Big Crown »…

Co-entretien avec le maire de Bourges Jan Gart et la présidente de l’agglomération Irene Felix

« Les nouveaux arrivants me disent : Ici on respire ! “”

La crise sanitaire affecte-t-elle l’attractivité de Bourges ?

Jan Garut. Vous entendrez un tremblement à l’arrivée. Notre boussole est l’immobilier. Après le creusement de la ville il y a 20 ans, le marché était plus fluide et les prix toujours plus bas, d’où le début des efforts de défense. La démographie s’est stabilisée après que la population est passée de 90 000 à 65 000. Les nouveaux entrants recherchent une ville à taille humaine et me disent : Ici on respire !

Prise en charge améliorée dans le système Bourges une nouvelle vieLancé cette année : Un guichet unique pour la recherche immobilière ainsi que l’aide à l’inscription aux crèches, aux loisirs scolaires, sportifs et culturels. L’atmosphère est chaleureuse, compatissante et même paisible.

Quels sont les principaux atouts de Bourges ?

Jan Garut. Tout d’abord, son patrimoine extraordinaire, dont une cathédrale bien conservée, et le centre historique d’un paradis piétonnier réaménagé avec de superbes maisons à pans de bois. C’est aussi l’une des communes les plus respectueuses de l’environnement de France. Le marais est juste à côté de l’Hypercentre, non loin du lac d’Aurone avec ses bases nautiques, ses plages et ses pistes sportives.

De plus, c’est une ville “à 15 minutes”, proche de tous les services et qui possède une offre culturelle très riche. Celle-ci doit encore être élargie avec une programmation liée au Printemps de Bourges tout au long de l’année, et pas seulement pendant la semaine du festival. Enfin, une heure à Orléans et une heure trente à Tours et Clermont-Ferrand bénéficient du centre géographique relié par l’autoroute.

Y a-t-il quelque chose que je dois améliorer ?

Irène Félix. notre Le but Dans l’état actuel des choses, nous arriverons à Paris en 1h40 et un peu plus de 2h en train. Pour ce faire, vous devez restaurer la capacité de ce lien qui s’est détérioré au cours de la dernière décennie. Cela se produit dans les États et les régions qui investissent dans de nouvelles rames plus rapides. Un autre objectif du transport est de développer une piste cyclable, d’ouvrir le réseau de bus à partir de 2023 et de lancer une ligne à haut niveau de service à partir de 2025. Nous travaillons également à la régénération des friches. Ce nouveau terrain peut accueillir des entreprises dans des secteurs clés tels que : Industrie de la défense et industrie alimentaire.

Entretien par SC