Antilles : les obligations vaccinales ont été reportées


N.-É.L’amnistie est accordée aux Antilles. Face à une grave crise sociale qui paralyse les Antilles, où se mêlent violences et protestations contre les politiques de santé, le gouvernement a décidé de reporter la mise en place des obligations de vaccination pour les soignants et les pompiers. Initialement, il devait entrer en vigueur le 15 novembre. La nouvelle date est fixée au 31 décembre.

En Guadeloupe, où les taux de vaccination des soignants approchent aujourd’hui les 90 %, un “groupe d’audition et de dialogue” sera mis en place lundi pour accueillir “des experts impliqués en stoppant le manquement aux obligations de vaccination”. Les ministres des Affaires étrangères Sébastien Lecornu et de la Santé Olivier Véran dans un communiqué conjoint.

Sanctions suspendues pendant la médiation

A la Martinique, la date de vaccination obligatoire pour “tous les soignants, personnels de santé, aides à domicile, pompiers” sera également prolongée au 31 décembre.

Lire à nouveauViolences en Guadeloupe : La colère au-delà du cadre de la santé

Après l’intervention de médiation au CHU de la Martinique, son personnel a déjà bénéficié de cette prolongation en fin d’année. Pour les professionnels acceptant cet échange individuel, qu’ils soient Guadeloupéens ou Martiniquais, “la suspension des contreparties sera levée lors de cet échange”. En revanche, ceux qui refusent de “continuer à s’arrêter” ajoutent du texte.

Le gouvernement a également rappelé que “protéger la santé de nos concitoyens est une priorité absolue alors que la cinquième vague semble se dessiner”. Mais il a dit : « Cette protection inclut la vaccination de tous les spécialistes qui soignent, aident et accompagnent les Français, notamment les plus vulnérables d’entre eux. » J’ajoute.