Armes, croix gammées, propagande… L’arsenal néo-nazi mis à jour avec Huret


N.-É.Un costume typiquement néo-nazi. Le parquet d’Evreux a indiqué mardi 23 novembre que des centaines d’armes et de munitions, divers objets ornés d’épées, et d’autres éléments liés au parti d’Adolf Hitler ont été découverts lors d’une perquisition douanière…

L’enquête s’est déroulée à Menil Anusch, dans la campagne normande, après l’arrestation de deux hommes de 25 ans qui refusaient le contrôle douanier. Deux hommes dont un caporal de 35 anse Selon des sources policières, le régiment d’infanterie de Belfort (Territoire de Belfort) est entré en collision avec la voiture d’un douanier peu avant de rattraper son retard. “Ils avaient des armes dans leurs voitures”, a-t-il déclaré à l’Agence France-Presse, confirmant une information du journal, au procureur d’Evreux Dominique Puechimaille. monde..

Lire à nouveau“Je suis assoiffé de sang” : Arrestation de fidèles d’Hitler se préparant à un attentat

Svastika

Mais “la perquisition qui a eu lieu à l’époque était particulièrement intéressante. Il y avait beaucoup d’arsenaux, de munitions et de croix gammées”, a ajouté le procureur. Selon M, l’arme a été retrouvée dans “une cache de hangar appartenant à l’un des deux grands-pères”.moi même Puechmaille.

Le juge de paix n’a pas précisé le nombre d’armes saisies. De sources proches de l’enquête, les douaniers ont obtenu 130 armes, dont des fusils d’assaut AR-15 et AK-47, des mitraillettes, des armes de poing, des fusils de chasse et des fusils de chasse. 20 mm pour le bois de sciage, 200 kg de munitions diverses, grenades et mitrailleuses ordinaires à 5 cartouches.

Lire à nouveauSuper Droite : 6 ex-membres du petit groupe OAS dans un procès de projet d’attentat terroriste

Deux hommes en garde à vue

Selon des sources policières, certaines armes étaient détenues légalement et d’autres étaient détenues illégalement. Par ailleurs, des sources proches de l’enquête ont retrouvé des éléments de propagande (badges, affiches, documents néo-nazis) liés à l’extrême droite.

Selon le parquet, les deux hommes sont toujours en garde à vue dans le cadre d’une enquête sérieuse sur un crime lié à la loi sur la possession d’armes. Selon des sources policières, ils ont été suivis par les services de renseignement d’être membres du mouvement d’extrême droite. Celui-ci précise qu’aucun plan d’attaque n’a été trouvé.