Autochtone : le musée de la Confluence remplit l’écloserie

Walter Little Moon a 80 ans. Avec de longs cheveux blancs, de travers, le souffle court, il se promène dans le musée des Confluences à Lyon. Face à l’espace dédié à un village indien reconstruit à Bruxelles en 1935, l’exposition universelle, Il examine les vêtements et accessoires portés par les membres de la famille.A cette époque, sous la houlette du père de Walter Joe, Little Moon était exposée dans la capitale belge, déclenchée par une célébrité. Spectacle du Far West de Buffalo Bill De 1883 à 1912, il effectue des tournées et participe aux États-Unis et en Europe.

La famille Little Moon vivait dans le village indien de Bruxelles en 1935.

La famille Little Moon vivait dans le village indien de Bruxelles en 1935.

© Coll.François Cradiuk

Ces panaches d’aigle, gilets perlés, mocassins et autres objets d’apparat proviennent de la collection du belge François Cradiuk, un passionné d’ouest américain qui les a dénichés dans une ancienne cantine en fer. Ils ont accompagné Little Moon lors d’un voyage en Europe, et le collectionneur est devenu un enquêteur et a trouvé des descendants dans le Dakota du Sud. « Chez les Lakota, l’histoire se transmet de père en fils. De père en fils, je ne savais presque rien de lui car je suis mort quand j’avais 10 mois. J’ai l’impression de l’avoir retrouvé. Cela fait partie de l’histoire. de notre famille. Dans cette exposition, ” déclare Walter.

Le musée des confluences a effectivement été inauguré Sur la route des Sioux Des premiers colons à la culture pop moderne, explorez les représentations françaises et européennes des Amérindiens. Tipi, Feather, Bison, Peace Pipe… Une étude réalisée ici à l’échelle hexagonale incarnée par un magnifique diorama montre que les Français utilisent encore ce lexique pour évoquer les “Indiens d’Amérique”. « Nous avons une image très réductrice des Indiens, qui correspondent à celle des Sioux, mais ne représentent pas toute la population autochtone nord-américaine. Ce Sioux que nous partageons en France est fictif. C’est une chose. Ses attributs sont plutôt réducteurs que réducteurs. faux », pointe Yoann Cormier, chef de projet musée.

Bison des plaines naturalisé (mâle).

Bison des plaines naturalisé (mâle).

© Musée des Confluences / Olivier Garcin

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Cette iconographie stéréotypée s’est construite pendant des siècles. Au XVIe siècle, après l’arrivée des colons européens en Amérique du Nord, l’expression « bons barbares » a pris le pas sur l’Ancien Monde, et bientôt l’expression « barbares » elle-même a perduré.Plus tard, Chateaubriand enfonce des points Atara (1801), le thème est loin de la réalité et se répète dans les planches, les concerts, ou l’atelier du peintre. Au XIXe siècle, le designer Karl Bodmer et le peintre George Catlin en donnent un témoignage plus authentique. Pourtant, les romans occidentaux, habités par le guerrier Peau-Rouge et feuilletés dans la presse, cultivent un imaginaire collectif.

Un portrait de Ee-ah-sa-pa (La Roche Noire), le chef du groupe Sioux (1845) New Kaueje, par George Catlin.

Un portrait de Ee-ah-sa-pa (La Roche Noire), le chef du groupe Sioux (1845) New Kaueje, par George Catlin.

© Patrick Gries, Bruno Descoings

Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Au XXe siècle, les Occidentaux ont utilisé les clichés qui se sont transmis sur les Indiens. Flêche briséeEn 1950, ils ont changé leur vision de ces peuples autochtones. Cette vue a été faite en 1970, Petit grand homme.. Par contre, en France il y a des dessins animés (Famille Fenouillard Des publicités pour des soupes ou des biscuits avec (par Christoph), des jouets (cowboy vs figurines indiennes) et des commentaires sans nuance. Progressivement plus forte dans le mouvement New Age, l’image indienne se mue en sagesse, comme en témoigne la Bison Smart Campaign lancée en 1976. Les Indiens qui ont été promus dans la classe des sages ont-ils été réhabilités ? “Hollywood ne nous a jamais considérés comme un individu ou un groupe d’individus. Cette perception continue à ce jour”, a déclaré le juge Walter Little Moon. Mais en Amérique aujourd’hui, nous sommes 547 tribus, et nous parlons tous des langues différentes. ”


avis

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Bouzou, économiste et essayiste, est le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès.Nicolas Buzo

Chronique

Abnoussé Shalmani

Chronique

Donneur de chronique.Christoph Donner