Aveyron : Suspension immédiate des activités d’équipementier SAM

Vendredi, le tribunal de commerce de Toulouse a scellé la liquidation forcée et la suspension immédiate des opérations de l’équipementier automobile SAM, qui emploie 350 personnes près de Decazville dans l’Averon.

Le tribunal « gardant à l’esprit la position de Renault », qui refusait de soutenir le seul projet d’acquisition, a décidé de mettre un terme aux activités en cours approuvées jusqu’au 10 décembre 2021 dans le cadre d’une liquidation judiciaire.

La Sociétéa vironnaise demétallurgie (SAM), qui a été rachetée par le groupe chinois Jinjiang en 2017, est située à hauteur de Decazeville à Vivier, est devenue fiduciaire le 10 décembre 2019, et a ensuite été liquidée le 16 septembre dans les activités d’expansion du riz. champ. Jusqu’au 10 décembre.

Reclassement d’employés?

Si le projet d’acquisition était proposé avec une garantie de soutien régional voire étatique, il était soumis à la décision du constructeur automobile de rester le dernier client à poursuivre les activités de l’entreprise. Pourtant, en milieu de semaine, Renault a annoncé que la garantie de ce projet d’acquisition “n’offrait pas les conditions nécessaires à la pérennité et à la sécurité”. “”

Dans ces circonstances, le tribunal de commerce a demandé que le code de commerce « favorise avec le licenciement prévu » et « favorise les opérations de compensation envisagées » dans ce type de situation également. Renault a indiqué vouloir proposer des solutions de relocalisation aux salariés sur les sites d’autres constructeurs.

Dans une manifestation d’aide aux salariés de SAM, Renault “estime qu’il est un sous-traitant alors que nous continuons à sous-traiter”. économique, selon les élus.