Aviation : Airbus bouffe Boeing après le salon aéronautique de Dubaï

Comme pour toutes les masses internationales de ce secteur, une grande attention est accordée aux deux grands avionneurs en compétition pour les annonces de commandes. Le salon aéronautique de Dubaï, qui s’est terminé jeudi, n’a pas fait exception, mais cette fois, Airbus et Boeing ont affiché un net contraste à la sortie de la crise, le premier surclassant nettement le second.

Avec 408 commandes et intentions de commande (plus que le salon du Bourget 2019), Airbus semble avoir surmonté la crise du Covid-19 alors que Boeing paraissait encore difficile, et de la construction d’un nouvel avion.Je n’ai enregistré que 78 commandes pour cela. Les avionneurs européens, en particulier, ont été durement touchés dès le premier jour en commandant 255 monocouloirs A321, ce qui offrait une flexibilité en termes d’autonomie et de capacité en passagers, les rendant encore plus attractifs pour les compagnies aériennes.

La demande devrait exploser dans les prochaines années

“Les perspectives commencent à s’éclaircir. (…) Les compagnies aériennes regardent aussi vers l’horizon et se préparent à la situation d’après-crise”, a déclaré Guillaume Foley, le patron d’Airbus à Dubaï. Si le trafic aérien mondial n’est que de la moitié du niveau de 2019 et ne se redresse pas entre 2023 et 2025, la demande d’avions neufs devrait exploser dans les 20 prochaines années, selon les avionneurs.

Airbus s’attend à ce que 39 000 appareils et Boeing disposent de plus de 43 000 appareils pour gérer l’augmentation du trafic et acquérir des appareils qui consomment moins et donc émettent moins de CO2. Par conséquent, les compagnies aériennes tentent d’obtenir des créneaux précieux pour la livraison des avions, même si elles sont en difficulté financière en raison de l’effondrement de leurs activités.

Boeing « dur avec lui-même »

L’avionneur américain, dont le patron David Calhoon ne s’est pas rendu à Dubaï, a annoncé dans un bref communiqué 72 mono-îles 737 MAX, notamment pour sa principale commande, la jeune société indienne Akasaea, lors du salon du bas. Mais à chaque occasion, il a cherché à avouer qu’il “travaillait dur sur lui-même” pour remédier aux multiples crises auxquelles Boeing a été confronté ces dernières années. Des collisions avec le 737 MAX, des problèmes de production, des problèmes de production avec le 787 et des retards dans la certification du futur gros-porteur 777X ont secoué le géant de Seattle.

“La sécurité et la qualité seront une ligne directrice pour tout ce que nous faisons”, a déclaré Isane Munir, journaliste et directrice commerciale chez Boeing. Par conséquent, les constructeurs aéronautiques ont présenté l’un des quatre tests 777X apparus pour la première fois à l’étranger lors de l’exposition. Le déploiement à domicile d’Emirates n’est pas sans motivations commerciales, et la société représente à elle seule un tiers des commandes déjà passées du 777X. Cependant, Boeing n’a pas annoncé le début du développement de la version cargo de l’avion attendu à Dubaï. Cela indique que ce sera fait “bientôt”.

Le fret à l’honneur

Plus généralement, le transport de fret aérien a été mis à l’honneur grâce au boom mondial du fret aérien qui a dépassé de 9 % les niveaux d’avant-crise en septembre. Airbus a annoncé son intention de première commande (7) pour l’A350F, une future version cargo du cargo long-courrier, et Boeing a obtenu plusieurs commandes de 777 et 767 cargos. Les avionneurs américains ont également collecté plusieurs contrats pour convertir des avions de ligne d’ancienne génération au transport de fret. Les avionneurs européens ont également réussi des commandes militaires (deux avions ravitailleurs A330 MRTT pour Emirates et deux avions de transport A400M pour l’Indonésie).

D’autres avionneurs pourraient également s’appuyer sur le contrat. Le brésilien Embraer, spécialisé dans les avions de moins de 100 places, a vendu trois Embraer 175 à une société nigériane, et le constructeur d’avions régionaux ATR a remporté plusieurs commandes avec les moteurs ATR-72 et ATR-turbopropulseurs.Nous avons acquis un total de 29 appareils. Cette année.