Booster Dose : Comment la France se prépare à accélérer, de la pharmacie à la vaccination

Avec plus de 30 000 nouveaux cas chaque jour, le gouvernement s’attend à ce que les vaccinations empêchent la cinquième vague. En d’autres termes, prolongez la campagne de rappel. Dès lors, la commission Défense, qui se réunira ce mercredi matin, doit « aborder la question de la prolongation de la troisième dose du vaccin, en tenant compte des recommandations des différentes autorités scientifiques et sanitaires », a indiqué mardi le ministre. , Olivier Véran.

Actuellement ouverte aux personnes de 65 ans et plus, cette troisième injection devrait bientôt concerner les personnes de 40 ans et plus. au moins. Plus tôt cette semaine, deux conseils consultatifs, le Conseil scientifique et le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, ont estimé qu’une vaccination renforcée pour tous les adultes devrait être envisagée. Reprise d’une nouvelle campagne de vaccination de très grande envergure. « Cette troisième extension d’indications conduira à nouveau à une vaccination de masse. La disponibilité des vaccins est gagnée. En revanche, les aspects organisationnels de cette nouvelle vaccination de masse devraient s’étendre à mi-parcours. Mars 2022 », a été prévenu le Conseil scientifique dans l’avis définitif rendu lundi.

Les vaccinations dans la ville se sont propagées

Selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Atal, la machine pourrait avoir cassé cette fois. Après six mois de campagne ininterrompue, le centre de vaccination, fermé à la fin de l’été, va “redémarrer” pour augmenter l’effet booster. La semaine dernière. Compte tenu du délai de 6 mois après la deuxième injection, le rendez-vous pour la troisième dose est dans le temps de mi-décembre à mars 2022, même si cette dernière est ouverte à tous. Il faut s’attendre à des pharmaciens dispensateurs », a souligné le Conseil scientifique. La semaine dernière, 1,1 million d’injections ont été effectuées. Cela ne devrait pas beaucoup changer dans les mois à venir, selon le ministère de la Santé, qui injecte “1 à 1,5 million” de relances par semaine.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Les choses ont changé depuis les intenses campagnes de primo-vaccination de ces derniers mois. Si la plupart de ces injections ont été faites au centre, alors la vaccination en ville jouera cette fois un rôle important. Elle est notamment permise par l’arrivée du vaccin à ARN messager de Pfizer ou de Modana dans un cabinet libéral. “La semaine dernière, la ville comptait environ 40 % des injections et 60 % des centres. L’intention du gouvernement est de stabiliser cette répartition, mais il n’inverse pas forcément cet équilibre”, a déclaré le Syndicat des médecins généralistes. Jacques Batistoni, président de le Conseil, souligne. MG France.

Les pharmacies disposent désormais de suffisamment de doses pour approvisionner les vaccinés de la commune (infirmières, médecins libéraux, pharmacies). “On estime que nous pouvons vacciner environ 1 million de personnes. Nous participons, mais nous recommandons tout de même de maintenir un centre de vaccination partout”, a déclaré à France Pharmaceutique Philippe Besset, président de la Fédération syndicale.

Flexibilité au quotidien

Sur le terrain, la plupart des centres ont réduit les voiles depuis la fin de l’été. Selon les statistiques du ministère de la Santé, il y a encore environ 1 000 centres de vaccination ouverts dans la région. Avec ces vaccinations, la « ligne » de vaccination a été supprimée et les effectifs ont été réduits. Sariha Grevin, responsable du centre de vaccination du nord de Douai, qui a connu un pic de plus de 3 000 injections par jour au plus fort de la crise, a déclaré : “Aujourd’hui, nous avons 10 lignes de vaccination, soit 10 à 15 personnes qui travaillent”, ajoute-t-elle. L’arrivée des rappels devrait s’accélérer à partir de décembre, six mois après la forte augmentation des injections observée en juin.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Cependant, le dispositif est à géométrie variable. Saliha Grévin peut compter sur un vivier de plus de 250 médecins libéraux pour sécuriser ses vacances. « Avant même le discours du Président sur le Pass Santé et la troisième vaccination, la demande de rappels de vaccination a explosé et il y a eu 280 réservations, j’ai donc appelé WhatsApp. J’étais à moins d’une heure. Il y a cinq volontaires qui sont arrivés. “elle dit. Cette souplesse se retrouve également dans le petit centre de vaccination d’Amiens, qui reçoit près de 120 injections par jour. “Le nombre de rendez-vous va augmenter, mais on ne l’a pas encore vu”, admet Frank Perez, infirmier libéral et directeur du centre. “Surtout maintenant, nous ne travaillons plus dans l’urgence, et nous ne nous y attendons pas.”


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Rama Yade, vice-président du Parti radical (PR), 10 mars 2012.Sylvain Fall

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner