Budget 2022 : feu vert du Parlement en première lecture


N.-É.Marseille, France lan 2030 Accord d’investissement ou d’engagement des jeunes… Mardi 16 novembre, le Parlement a d’abord lu l’intégralité du budget 2022, finalisé et revu lors du débat et de l’annonce présidentielle. “” « Électeur » par l’opposition.

Les parlementaires ont voté majoritairement pour ce budget définitif pour un mandat de cinq ans avec 348 voix contre 205 et 8 abstentions, grâce au soutien d’une majorité d’élus. La droite et la gauche sont contre. Le projet de loi budgétaire devrait être dominé par le droit d’écourter l’examen pour manifester son opposition au texte devant le Sénat jeudi 18 novembre. Le Congrès a le dernier mot pour l’adoption définitive avant Noël.

Lire à nouveauPlan de relance : « Satisfaction » du comité d’évaluation de Lemaire

Budget standardisé ?

Après “que coûte” pendant la crise sanitaire, le gouvernement défend le budget de “normalisation” et l’investissement pour “accompagner la reprise”. Le ministre de l’Economie Bruno Le Mer salue la nouvelle croissance attendue à 6,25% en 2021 et 4% en 2022, ainsi que la baisse du taux de chômage.

“On passe de la reprise à la France en 2030”, a déclaré la députée LREM Sendra Mortin. A droite, Véronique Louwagie (LR) a accusé “l’envolée des dépenses électorales” et “totalement irresponsable” à cinq mois de la présidentielle. A gauche, la socialiste Christine Pires Beaune a pointé le “record” de “149 amendements du gouvernement pour combler le trou” dans un budget aux allures de “terrain de golf”. Entre la proposition du budget et la fin de l’examen de première lecture au Palais Bourbon, des dépenses supplémentaires de 11,8 milliards se sont ajoutées, et le déficit prévu était de 5% du PIB en 2022, un solde négatif de 155 milliards d’euros. ..

Lire à nouveauCoignard-Emmanuel Macron : Discours de vœux de novembre !

Comment ennuyer les adversaires

Cette méthode s’oppose souvent au passage relativement rapide de “V’s most cher fix” notamment.e République » (Valérie Rabault, PS). Il s’agit d’un engagement de 34 milliards d’euros pour déployer le plan d’investissement de la France à l’horizon 2030 sur les années annoncé par Emmanuel Macron pour « réindustrialiser » le pays et « décarboner » l’économie.

En 2022, la première tranche du plan n’est que de 3,5 milliards d’euros, mais les opposants cherchent à mesurer le symbole du budget de campagne, alors qu’Emmanuel Macron n’est pas encore candidat officiel. “Historiquement, à moyen et long terme, la France a indiqué qu’elle investirait 34 milliards d’euros dans des secteurs d’avenir comme le nucléaire et les avions bas carbone”, a déclaré Laurent, journaliste budgétaire.・ insiste Saint. -Martin (LREM).

En plus, environ 550 millions pour le « Contrat Jeunes » présenté par le Président de la République le 2 novembre. Le dispositif offre aux jeunes de moins de 25 ans, les plus éloignés de l’emploi, une allocation mensuelle pouvant aller jusqu’à 500 € en échange de 15 à 20 heures de formation et d’accompagnement.

Lire à nouveauContrats d’engagement des jeunes : le gouvernement rétrécit

Les dispositions « retardées » et « insuffisantes » vont à l’encontre

Les opposants de gauche qui cherchaient à étendre le RSA aux 18-24 ans considèrent cette disposition comme « tardive » et « insuffisante ». Il s’agit de « réutiliser les mesures existantes » et de critiquer le rebelle Eric Kokrel, qui critique « les mauvais bilans en matière de justice sociale et financière ».

Face à la flambée des prix de l’énergie, le Parlement a également examiné le « bouclier tarifaire » du gouvernement. Gel des tarifs réglementés du gaz et limitation des tarifs réglementés de l’électricité à 4 %. Une indemnité d’inflation de 100 € est indiquée dans le cadre du budget révisé 2021. Le gouvernement a encore complété ce PLF 2022 avec les plans de Marseille. Cela comprend 30 millions de subventions à partir de 2022 pour le transport et 100 millions d’acomptes remboursables.