Budget de la sécurité sociale : le Sénat vote pour un texte révisé

Le dernier quinquennat d’Emmanuel Macron, le projet de loi de prêt de sécurité sociale (PLFSS), pèse plus de 500 milliards d’euros, avec 185 voix pour (LR et majorité groupe centriste) et 101 voix pour (groupe PS, CRCE). La majorité des communistes et des écologistes). Les groupes majoritaires RDPI En Marche, Indépendants et RDSE se sont abstenus de la majorité.

Parlementaires et sénateurs cherchent à s’entendre sur une version commune du texte en commission mixte. En cas d’échec, la Diète aura le dernier mot.

Le budget devrait à ce stade être déficitaire de 20,4 milliards d’euros dans le régime général 2022, compte tenu de l’amélioration de la croissance en 2021. Environ 5 milliards d’euros restent prêts pour faire face aux séquelles de la crise du Covid.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

A l’issue du débat de la semaine, le secrétaire d’Etat Adrien Taquet a félicité le sénateur pour ce qu’il avait soutenu ce week-end.Gros progrès« Un minimum de 22 € pour les services à domicile, le remboursement de la contraception pour les femmes de moins de 26 ans, ou le remboursement des consultations psychologiques.

Le Sénat a également approuvé l’extension des augmentations de salaire accordées au cours de Santé Segur à environ 20 000 soignants supplémentaires qui sont des employés des établissements pour personnes handicapées financés par le ministère.

“”Ne pas négliger le tournant“Après le vote, a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran.

A droite, Catherine Deroche, présidente LR de la commission des affaires sociales, décrit le PLFSS ainsi :Attends le texte” Qui “Ne rien dire des choix faits“Pour le futur.

Le politicien centriste Olivier Eno lui a dit :Un sentiment de partage« Dans son groupe.

-Votez PS”obstiné“À l’hôpital-

Le Sénat a largement rejeté la trajectoire budgétaire pluriannuelle. »C’est fatalement + plateau+ qui affiche un déficit d’environ 15 milliards d’euros d’ici 2025« Selon Elizabeth Doinault, reporter généraliste du centrisme.

En 2021, le Sénat a approuvé une extension de 1,7 milliard d’euros de l’assurance maladie proposée par le gouvernement en demi-cycle, notamment pour les hôpitaux. Mais il n’a pas voté pour l’augmentation de 500 millions d’euros en 2022.

Les sénateurs s’opposaient toujours au mécanisme de reprise de la dette hospitalière, estimant que le financement des plans d’investissement hospitalier devrait être financé par le budget national.

La prolongation de la retraite est la disposition principale et la plus politique proposée par les droits du Sénat.

Il montre le report progressif de l’âge légal de départ à la retraite de la génération 1966 à l’âge de 62 à 64 ans et la convergence du régime spécial avant 2032.

“”La condition n’est pas remplie« Reprendre les travaux de réforme des retraites, a estimé le président de la République la semaine dernière.

Le sénateur a également prévu de superviser l’expansion des activités des orthoptistes qui peuvent prescrire des lunettes et des lentilles sans consulter un ophtalmologiste.

Le secrétaire d’Etat Adrien Taquet a identifié les sujets du décret d’application en préparation. 16-42 ans avec une correction visuelle insuffisante.

A gauche, Bernard Jomier a ditTexte de fin d’année sans tranquillité d’esprit“.Bonjour”obstiné“voter”contre“Groupe socialiste”Dans un hôpital public“.

“”A défaut de nouvelles ressources (…) vous réduisez la dette sociale qui sature le discours de demain pour conduire des réformes autoritaires», blâme l’écologiste Raymond Poncet Monji.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Lawrence Cohen (CRCE) s’est également étranglé.»La majorité de droite du Sénat partage l’orientation politique (gouvernementale) de la proposition, aggravant encore le texte.“.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow de l’Institut Montaigne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.