Burkina Faso : la police dissipe les manifestants de la force de réaction à Ouagadougou

La police anti-émeute a tiré des gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants de se rassembler sur la place de la Nation au cœur de la capitale burkinabè, où d’importants équipements de sécurité ont traversé et tous les commerces ont été fermés.

“”Il est interdit de marcher, dispersez-vous et rentrez chez vous“, Avant la dissolution, un policier était installé dans les manifestants.

Un rassemblement de manifestants que je veux blâmer. »Incompétence« Le président Roch Marc Christian Kabolet face aux violences djihadistes contre le Burkina Faso » a été interdit par la mairie de Ouagadougou.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“”Nous vous recommandons de prendre toutes les mesures possibles pour empêcher les manifestations illégales dans votre ville.« Ouagadougou » a demandé le maire Armand Buinde dans une note adressée au commandant de la gendarmerie, de la police nationale et municipale.

Fabrice Sawadogo, 28 ans, l’un des manifestants, a déclaré :Sept ans après avoir échoué à faire face à une attaque terroriste qui nous pleure chaque jour, il est temps d’exiger le retrait du gouvernement.“.”Pas besoin de négocier avec un gouvernement incompétent qui doit admettre qu’il a échoué“, Il a dit.

La coalition du 27 novembre est “Tous les Burkina Faso sortent à la fois” Samedi “Condamne l’anxiété croissante et exige la démission du chef de l’Etat dans un climat apaisé“, Roch Marc Christian Kabole.

“ModificateurTrès chaotique“La situation au Burkina Faso”Marqué avec la sécurité en lambeauxUn porte-parole de la coalition, Musa Konaté, a annoncé qu’en plus de Ouagadougou, des manifestations sont prévues à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, et dans d’autres grandes villes.

“”Nous sommes dans un contexte d’angoisse que tout le monde accuse.La plateforme de la demande ne doit pas être une marche qui ne se voit pas vraiment“Le ministre du Logement Bennewende Sankara l’a accusé au nom de la majorité du président”, a-t-il déclaré.Démonstration hors délai“.

-Réduction de l’internet mobile-

D’autres mouvements de la société civile ont « de ces manifestations »Ne soyez pas complice de quiconque veut semer la confusion dans le pays“.

Alors que la colère grandit au Burkina Faso, le gouvernement déclareDécidé de prolonger la panne d’Internet mobile de 96 heures à partir de mercredi“, après les quatre derniers jours d’interruptions dans tout le pays”Raisons de sécurité“.

Le Burkina Faso est en proie depuis 2015 à une spirale de violences résultant d’Al-Qaïda et des groupes armés djihadistes appartenant à l’État islamique.

Les attaques visant des civils et des soldats sont de plus en plus fréquentes, la majorité étant concentrées dans le nord et l’est du pays.

Le 14 novembre, une attaque jusque-là recherchée contre le détachement de gendarmerie d’Inata (Nord) (l’une des plus meurtrières pour les forces de sécurité depuis six ans) a eu un impact profond sur la rizière du Burkina Faso. Djihadiste armé.

“”Nous devons mettre fin à des dysfonctionnements inacceptables qui démoralisent les forces de combat et entravent leur efficacité dans la lutte contre les groupes terroristes armés.« Jeudi soir, le président Caboré a déclaré que les mots ne seraient plus convaincants au Burkina Faso, où les attaques sont de plus en plus régulières.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Parfois mêlée à des conflits entre régions, la violence djihadiste a fait environ 2 000 morts et 1,4 million de personnes ont fui leur foyer au cours des six dernières années.


avis

Chronique

Pierre Assouline, journaliste, écrivain, membre de l'Académie Goncourt, et chroniqueur de L'Express.Pierre Athrine

Chronique

Rapide! Rapide! Il faut blâmer, justifier, exiger encore une autre loi, imposer au nom du bien et critiquer Abnus Charmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo