Capitaine de la police militaire des Nations Unies en Iran lundi

La relocalisation sera annoncée le jour où l’AIEA de Vienne a publié un rapport affirmant que l’Iran a considérablement augmenté la quantité d’uranium hautement enrichi ces derniers mois, contrairement aux promesses de l’accord. Conférence internationale sur le programme nucléaire iranien.

La visite aura également lieu en même temps que le début de la prochaine réunion du Conseil d’administration de l’AIEA le 22 novembre, une semaine avant que les négociations entre l’Iran et les grands pays tentant de sauver les États-Unis ne reprennent à Vienne le 29 novembre. . 2015 Il s’agit de limiter considérablement le programme nucléaire de l’Iran en échange d’un assouplissement des sanctions.

Grossi se tiendra à Téhéran lundi soir à l’invitation de l’Iran. “”il « Mardi, nous rencontrerons Mohammad Eslami, chef de l’Agence iranienne de l’énergie atomique (OIEA), et Hossein Amir Abdrahian, chef de la diplomatie iranienne », a déclaré un porte-parole de l’OIEA cité par l’agence de presse iranienne Fars.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Le 12 novembre, Grossi s’est plaint de n’avoir pas été en contact avec le gouvernement iranien depuis août. “”Je n’étais pas en contact avec ce gouvernement« M. Grossi a déclaré aux journalistes que la seule exception estEntretien technique“Avec Mohammad Eslami.

“”C’est génial, et je leur dis donc je le dis ouvertement« Expliquant qu’il y en avait, a-t-il ajouté.Une longue liste de choses dont nous devons discuter“.

Trois jours plus tard, le ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé qu’il avait invité M. Grossi à venir voir leurs dirigeants.

La dernière visite de M. Grossi à Téhéran remonte au 12 septembre et il n’a rencontré que le chef de l’OIEA.

Le chef de l’AIEA a alors négocié un accord avec l’OIEA sur la maintenance des équipements de surveillance du programme nucléaire iranien. Et il a dû revenir bientôt pour parler au gouvernement investi en août et lui a suggéré de se rencontrer.Président ou ministre des Affaires étrangères“.”C’est à eux (Iraniens) de décider“, Il ajouta.

-“”Levée des sanctions“-

Après une suspension de cinq mois, les négociations entre Téhéran et d’autres pays (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) parties à l’accord de 2015 sont en novembre pour tenter de rouvrir cet accord historique qui doit reprendre le 29.

Les États-Unis, qui ont retiré unilatéralement l’accord en 2018 puis rétabli les sanctions contre l’Iran, participeront indirectement au débat.

En retour, Téhéran a été progressivement libéré des promesses faites dans cet accord.

Les autorités iraniennes continuent de réitérer leur position sur le retour des Etats-Unis à un accord irréparable et la levée des sanctions qui étouffent l’économie iranienne.

“”Après avoir entendu les intentions américaines et la demande de participation (sommet de Vienne), il est important pour nous de s’assurer que les sanctions seront levées après vérification et garantie.« Le 15 novembre, a déclaré mon porte-parole diplomatique iranien.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

L’accord de 2015 vise à empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires, mais Téhéran a démenti à plusieurs reprises son intention de fabriquer de telles armes en revendiquant le caractère pacifique de son programme.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow de l’Institut Montaigne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.