Centrafrique : des éleveurs capturés entre milices et militaires

Les milices armées et les forces pro-gouvernementales ciblent souvent les nomades.

Rebaptisé par sécurité, le Peul de 37 ans a suivi le même couloir de transhumance pendant 20 ans d’octobre à juin, quittant les plateaux arides du Tchad et du Soudan pour les plaines de Centrafrique. Grand marché aux vaches.

Mais la recrudescence de la violence dans ce pays a changé la donne pour ces nomades.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Après avoir perdu de son intensité au cours des trois dernières années, la guerre civile qui a commencé en 2013 a commencé avec une nation presque infructueuse et de nombreux groupes et milices armées. En 2020, lorsque les rebelles ont lancé une attaque il y a un an pour vaincre le chef de l’État Faustin-Archen Tuadera, ils ont connu une soudaine nouvelle intensité.

Selon les Nations unies, grâce au soutien de centaines d’organisations paramilitaires russes, les mercenaires de la société de sécurité privée Wagner, ils ont été rapidement repoussés par une contre-attaque fulgurante des militaires. Ils ont regagné la majeure partie du pays et expulsé les rebelles de la ville. Cependant, ce dernier a changé de tactique et mène désormais des actions de guérilla dans les campagnes.

Et ils retiennent les nomades contre rançon, surtout pendant la transhumance. Selon les Nations unies, les milices et le cheptel plongent, ce qui représente environ 13 % du PIB de la République centrafricaine.

“”Perdu beaucoup de vaches“Lament Ramin avec son long bobo beige et caresse une narine de sa bête.”Les rebelles me demandent régulièrement de l’argent, mais je ne peux pas payer.Ils ingèrent 10 ou 15 vaches et la situation peut vite empirer si je refuse“, il lâchera prise.

-Fiscalité, pillage, tuerie-

Le drame de cet homme qui garde environ 70 animaux. Alors, craignant une attaque, il reste près de Paua, une ville à 500 kilomètres au nord-ouest de la capitale Bangui.

“”Dans cette situation, vous devez vendre à bas prix sur place“Il explique, sa voix a été noyée par Hoofbeat et Moose :”Ici on peut gagner 200 000-300 000 francs CFA (300-450 euros) par personne, mais à Bangui le prix montera à 400 000“.

“”Et nous avons aussi besoin de faire paître et de faire voyager des animaux dans la brousse, mais les rebelles sont là“Respirez Mahamato.

Les rebelles autour de Paua sont les 3R (Return, Pioneer, Rehabilitation), l’un des groupes armés les plus puissants, affichant leur statut de milices d’autodéfense peules et leurs pré-contre-attaques en Russie et en Centrafrique. Dans tout le nord-ouest, nous avons des revenus importants de la transhumance dans nos poches.

Craignant les impôts, les pillages et les tueries, de nombreux nomades ont rejoint le groupe ou se sont appuyés sur les 3R pour les assister dans les conflits répétés avec les planteurs sédentaires.

Dans tous les pays du Sahel, ou dans les pays limitrophes de ce désert, les affrontements sanglants entre nomades et paysans sédentaires ont longtemps été un drame. Certaines personnes ont déplacé des animaux du Sahel et des pâturages de zones moins sèches, en l’occurrence le Tchad et le Soudan, vers la République centrafricaine, provoquant fréquemment des conflits fonciers et des batailles meurtrières.

-Assimilé à la milice-

Mais aujourd’hui, ces nomades se revendiquent aussi comme la cible des forces pro-gouvernementales, notamment les paramilitaires russes, récemment condamnés par les Nations unies pour crimes et mauvais traitements à l’encontre des civils en République centrafricaine.

“”Les soldats nous accusent de collusion avec les rebelles“J’ai été impressionné par les éleveurs que j’ai rencontrés dans la région de Paua et j’ai demandé l’anonymat par crainte de représailles.”Il n’est pas rare qu’ils nous tirent dessus nous et nos bêtes“, assure-t-il.

Pour Thierry Vircoulon, expert régional à l’Institut français des relations internationales (Ifri), les nomades peuls sont «Cible des forces pro-gouvernementales“Parce qu’il a été assimilé à la milice 3R.

“”Les Russes font une identification ethnique très simple“N’essayez pas de faire la distinction entre éleveurs et milices”, renchérit Roland Marchal, chercheur au Centre d’études internationales (Ceri) de Sciences Po, Paris.

Les nomades sont repoussés du couloir de transhumance, empruntant d’autres routes et envahissant parfois leurs bêtes dans les champs paysans. En juin 2021, au moins 14 personnes ont été tuées dans une bataille entre deux communautés du nord-ouest près de la frontière avec le Tchad.

Express

“”Le bétail traversant le champ d’un agriculteur peut conduire à des incinérateurs, des attaques et des meurtres de maisons.“, confirme Amad Diallo, directeur de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Paua.


avis

Chronique

Christophe DonateurChristophe Donateur

Chronique

Chronique des donateurs Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristophe Donateur

Chronique

Sylvain Chute

Chronique

Nicolas Bouzou identifie trois grandes batailles cette année.Nicolas Buzo