Cette nouvelle guerre de la canne


Michel-Édouard Leclerc est heureux. L’inflation est de retour. Le voici vêtu de sa tenue fétiche, sauveur de notre pouvoir d’achat, pendant plusieurs semaines. Il promet que le lait, le porc, l’autotest, tout ce qui se trouve dans les rayons du magasin Leclerc sera proposé à un prix favorable aux Français. Et même une canne. Il sera vendu, pesé et emballé pour une moyenne de 29 cents jusqu’à fin juin. Quel tapage alors que Michel-Edouard Leclerc a fait cette promesse sur la radio RMC mercredi 12 janvier. “C’est un joli symbole”, j’étais fasciné par la langue bretonne.

Il est aussi un concurrent de ses distributeurs pour s’aliéner sans problème les représentants des producteurs de céréales, des boulangers artisans et des agriculteurs ordinaires et pour compléter cette longue liste d’insatisfaits. Car, en réalité, Michel-Edouard Leclerc n’est pas le seul à proposer un tel prix.

Même en affichant un prix de 29 centimes d’euro, on gagne quand même de l’argent.

Vous pouvez acheter 250 grammes de baguettes pour moins de 45 centimes dans tous les supermarchés de France. C’est deux fois moins cher que le prix moyen observé par l’INSEE. « Les Français ne vont pas au supermarché pour acheter des baguettes en particulier. Ils en prennent surtout la semaine et les dîners en plus des courses. Le week-end, ils nous achètent des viennoiseries individuelles plutôt que du pain. distributeur français nous a dit.

Ce dernier, comme son collègue l’a interviewé pointSouligne que le pain produit par une équipe de boulanger est essentiellement composé de farine française. Concurrent de Leclerc, j’aime les choses espiègles. « Et même en affichant un prix de 29 centimes d’euro, imaginez qu’on gagne de l’argent. » Sinon c’est impossible. Leurs baguettes pas chères sont fabriquées sur place. Donc les grandes enseignes sont désemparées et ne peuvent pas vendre.

Lire à nouveauFantôme d’inflation persistante

UNESCO

Selon l’Observatoire de la formation des marges sur les prix (OFPM), la marge brute du pôle boulangerie-pâtisserie du distributeur est de 56,4%, contre 24-32,9% pour les autres pôles passés en boucle.

Dans le détail, Michel-Édouard Leclerc garantit un poids de 14 % du prix d’achat de la farine. De plus, les artisans professionnels ne doivent pas s’y opposer. Un tiers du prix final va au salaire de la boulangerie. C’est grâce au grand nombre de baguettes vendues quotidiennement que la grande distribution peut proposer des prix plus attractifs que les artisans en réalisant des économies d’échelle telles que l’énergie et le loyer.

Mais attention, il y a baguettes et baguettes. Certains discounters n’ont pas d’équipe de boulangers qui pétrissent la pâte sur place, mais ils cuisinent de la pâte surgelée achetée chez des fabricants (Panavi, Neuhauser, Vandemoertle, etc.) pour une moyenne de 15 centimes.

À l’automne 2022, l’UNESCO devra décider d’inscrire ou non la baguette au patrimoine universel. Des idées promues par le Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot a justifié son choix dans une chronique comme celle-ci écho : « Baguette est un produit noble et apparemment simple. Il faut des années pour trouver ses caractéristiques parmi plusieurs matières…, son style ! Ce produit nous rassemble et je le choisis C’est pourquoi. » » ».

259 euros c’est le prix d’1 tonne de blé tendre.

90 centimes. C’est le prix moyen d’une baguette de 250 grammes en novembre, selon l’Insee, et se base sur des panels de différents vendeurs (boulangerie, boulangerie, supermarché, etc.).

En 20 ans, les baguettes ont augmenté de 35 %, tandis que la moyenne des aliments restants a augmenté de 30 %.

10 milliards d’euros. C’est le chiffre d’affaires annuel de l’ensemble des artisans boulangers et boulangers-pâtissiers français avec 55% de part de marché.