Chine-Afrique : Pékin regarde dans le rouge suite aux critiques de Jean-Yves Le Drian


N.-É.N heures à Dakar, Sénégal, 8e La critique récente de Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française, ne passe pas du tout au Conseil des ministres du Forum de coopération de l’Afrique centrale (FCSA). Entre autres, ils interviennent après une tournée africaine du secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui a ciblé les investissements chinois en Afrique lors de ses visites au Kenya, au Nigeria et au Sénégal.

“La compétition n’a pas de tabous ni de restrictions”

Dans une interview au journal mondeAnnoncé le 19 novembre, le ministre européen des Affaires étrangères a condamné la politique de la Chine sur le continent africain. Sur le continent africain, Pékin a dépassé l’ancienne domination coloniale française en termes d’investissements et d’importations et d’exportations. “La nouveauté de l’Afrique, c’est que les Chinois commencent à connaître des déceptions très évidentes. Les autorités africaines sont conscientes qu’il s’agit d’une aubaine pour les idiots”, a déclaré le ministre français. « Bien sûr, ils pouvaient tout de suite profiter des infrastructures parfois spectaculaires construites par les Chinois avec de l’argent africain dans le but déclaré de développement, mais au final, ils en étaient la principale raison. Mettre leur pays en confiance, ils ont été contraints à des contrats. pour financer ces infrastructures. “”

Lire à nouveauPax sinica : ce que la Chine veut (vraiment) faire avec l’Afrique

“La France doit faire plus pour l’Afrique”

Interrogé sur ces propos, Pékin s’est dit surpris jeudi. “La Chine est surprise par les propos du ministre français des Affaires étrangères, qui ne répond pas à la réalité”, a déclaré Zhao Lijian, porte-parole de la diplomatie chinoise, lors d’une conférence de presse.

La France a déclaré : “Nous devons juger la coopération centrafricaine de manière objective et équitable, écouter attentivement ce que disent les Africains et faire des choses plus positives et concrètes pour l’Afrique”.

La Chine a beaucoup investi au cours de la dernière décennie, notamment dans le développement de ses infrastructures et de ses matières premières. « Les entreprises chinoises ont construit et modernisé plus de 10 000 kilomètres de voies ferrées et près de 100 000 kilomètres de routes en Afrique, créant plus de 4,5 millions d’emplois », a déclaré Zhao Lijian. “Les Africains sont les mieux placés pour juger de cette coopération”, a-t-il ajouté, citant une étude publiée par l’Institut panafricain Afrobaromètre en novembre 2021 selon laquelle 63% des Africains étaient “dans leur propre pays”. sur la Chine “dans une certaine mesure” ou “très”. .. En 20 ans, le commerce est passé de 10 milliards de dollars en 2000 à plus de 200 milliards de dollars en 2019. Par conséquent, Pékin est devenu le plus grand partenaire commercial de l’Afrique, avec son grand avantage. Et surtout, les grands créanciers des pays africains dont la dette a explosé depuis la pandémie. Elle détient actuellement près de 20 % de la dette africaine.

Lire à nouveauL’Amérique ne veut pas vraiment de China Flica