“Clairement avoir un enjeu dans la présidentielle” : reçu par le maire dans la nuit à l’Elysée

Après 21h, les deux élus s’arrêteront et dégageront la salle des fêtes de l’Elysée d’un coup d’œil. « Il faut dire qu’Emmanuel Macron a beaucoup cuisiné pour accueillir un millier de maires ce mercredi soir, la veille de sa dernière occasion de prononcer un discours de clôture à la Conférence des maires des États-Unis (AMF). Indispensable avant 2022 pour rallier ces terrains. A cinq mois de l’élection présidentielle, des élus municipaux gâtés et paniqués.

Le salon du rez-de-chaussée du palais propose un riche buffet et un ballet unique, dont ceux habituellement accueillis par le Conseil des ministres. Presque tout le gouvernement et tout ce que la Macronie compte dans un chapeau de plume a voyagé. Richard Ferrand est là. François Bayle et Christoph Castana. C’est Edouard Philippe. Il rencontre bientôt ses vieux amis Thierry Soler et Gérald Darmanin.

Il y a un mot doux avant les petits fours. Le président a remercié le maire pour son rôle dans la gestion de la crise sanitaire et les a assurés de son “soutien indéfectible” face aux “violences”. “Je ne lâcherai pas”, promet-il. Il se projette, quitte à retrouver le sentiment d’aller au-delà de 2022 – « Le travail des prochains mois dépasse largement le sujet de la reconquête industrielle, de la dignité et de la santé. C’est-à-dire.

“Il écoute tout le monde, même si cela n’aide pas.”

Il y a peu, il s’est entretenu pendant 30 minutes avec le président nouvellement élu de l’AMF, David Lisnard, et son prédécesseur, François Baroin. Il félicite et apprécie. Mais l’affrontement était indispensable… La dernière revendication à ce jour est “la nationalisation de la dette des collectivités locales liée à la décision du pays de bloquer le pays”, qui est en jeu parmi la majorité en train de faire.

Une fois ses brèves remarques terminées, le chef de l’État saute dans la salle pour une promenade de trois heures. Une masse compacte se forme autour d’elle. “Nous sommes l’année des élections. Même si ça n’aide pas, il écoute tout le monde”, s’amuse le maire. Brigitte Macron, à quelques mètres, est aussi excellente pour les selfies. Comme le ministre Olivier Véran, Eric Dupond Moretti, Joël Giraud… ou encore le chef du gouvernement Jean Castex, qui n’hésite pas à parler de compétences associatives. Une élue a demandé une vidéo pour son père, fan de 95 ans. Sans qu’on le lui demande, le Premier ministre a dit : « Bonsoir Dédé, j’espère que tout va bien !

« Goûter » avant la fin de la réunion de l’AMF

La majorité des cadres sont déjà en train de filer. Ils organisent un dîner à la résidence de fonction Lassay autour de Richard Ferrand, dédié à la construction d’une majorité d’appartements. A l’Elysée, la soirée continue. Il y a quelques semaines, lorsque Jean Castex et son ministre ont commencé à scruter la réunion départementale du maire, une brique supplémentaire de tentation opérationnelle a commencé.

“Nous sommes une force politique importante. Il ne peut se faire sans le maire”, prévient l’élu santais Hiazid Belaves. “Le maire est un prescripteur et une caisse de résonance”, ajoute celui de Poissy, Karl Olive, qui est un proche du président. Un relais dont la relation a eu sa part de temps orageux. Et il y a un besoin croissant de conquérir, et la LREM qui s’est présentée aux dernières élections locales n’a pas d’installations locales. « Évidemment, nous avons un enjeu dans l’élection présidentielle ! » déclare Florian Bercault, maire de DVG à Laval.

Ce soir n’était qu’une “prémonition”, je continuerai à faire de même. Belcoe, un gros morceau de moment “très politique”, sera joué ce jeudi au Port de Versailles, où Emmanuel Macron clôture la conférence de l’AMF. En 2017, il y siffle. Son discours, au terme de son quinquennat, était toujours à l’œuvre mercredi soir, et tandis que les convives continuaient de profiter du buffet, le macroniste a convenu que “le plus dur sera demain”.