Confiance en la justice : le député adopte le projet de loi


N.-É.Avant la finalisation du Congrès jeudi au Sénat, les législateurs ont adopté mardi 16 novembre un projet de loi “pour la confiance dans la justice”. Filmer l’audience, superviser la période d’instruction, encourager les bracelets électroniques, généraliser le tribunal correctionnel départemental en 2023, créer un centre national des délits en série, et faire l’objet d’une convention avec un agent.Le sénateur, détenu à la commission mixte de Dupond Moretti sur les textes mixtes (CMP), a été adopté au Palais Bourbon par 66 voix pour, 11 voix contre et 11 voix abandonnées.

Il stipule également la réduction des jugements d’office, la suppression des crédits pour réformer le travail des détenus, et remplace les rappels judiciaires par des « preuves d’avertissements criminels ». Mais ce sont les dispositions relatives au secret des experts de l’avocat qui ont alimenté les derniers jours et heures de vote avec des protestations d’experts.

La disposition qui a causé les plaintes de la robe noire

Le compromis trouvé par l’agent et le sénateur consacre le secret professionnel de l’avocat à la défense, mais encadre le travail de conseil. Par conséquent, il existe des exceptions à la question de l’évasion fiscale et de la corruption. Le terrorisme aussi. Ces dispositions ont suscité des plaintes en robe noire, et la dernière tentative du ministre de la Justice de dissiper le malentendu a exhorté le Conseil national des barreaux (CNB) à supprimer purement et simplement les articles controversés du bas.

Dans l’amendement adopté par le Parlement, le gouvernement a choisi de modifier une petite partie du système sans revenir à l’équilibre général. Il s’agit de constater l’existence du Bâtonnier pour l’enquête et si l’avocat a fait “l’objet d’une opération ou d’une action visant à permettre involontairement la délégation, la poursuite ou le recel d’un délit”. Supprimer l’exception.

Lire à nouveauMonopoly-Dupont Moretti annonce une réforme de la justice

“Je garde en tête la position de CNB, mais je veux consacrer des avancées majeures aux parlementaires en conscience et en responsabilité”, a déclaré Eric Dupond Moretti. Le reporter LREM du projet de loi Stephen Mazar a regretté “l’attitude partisane d’entreprise” de l’avocat. “Cela aurait été une grave erreur de supprimer cet article”, a estimé Antoine Savignat (LR).

Le Parti communiste André Chassein, contrairement aux “habitudes parlementaires”, a agrégé cet amendement de dernière minute quand Ugo Bernarisis (LFI) a violemment attaqué le ministre de la Justice et n’a pas déposé de recours en refus. Intérêts illégaux”.


L’équipe éditoriale vous conseillera