“Congo Holdup” : le clan Kabila soumis à une information judiciaire


UUne enquête judiciaire sur la famille de l’ancien président Joseph Kabila de la République démocratique du Congo a eu lieu à Kinshasa après la révélation d’une accusation de détournement de fonds de 138 millions de dollars. J’ai appris de la justice mercredi.

De quel type de contenu s’agit-il ?

Joseph Kabila et sa famille ont reçu au moins 138 millions de dollars du coffre-fort dans une étude intitulée “Congo Holdup” menée par des médias internationaux et des ONG, qui a commencé à paraître le vendredi 19 novembre. Je l’ai aspiré. ” De la nation. Ces soupçons de détournement sont nés entre 2013 et 2018, selon les auteurs de cette étude, qui provoque des troubles en République démocratique du Congo.

Dans une question des médias, le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya a écrit lundi : « Le ministre de la Justice a écrit au parquet le 20 novembre. […], Elle a émis une injonction d’enquête et de poursuites. “En tant que gouvernement, nous ne pouvons pas rester insensibles à de telles revendications”, a estimé celui qui est également ministre des Communications.

A la demande du ministre de la Justice, le parquet près la Cour de cassation “a ouvert une information judiciaire”, a indiqué à l’AFP la source du parquet, sous couvert d’anonymat.

Selon l’enquête, la société a servi de “moyen à l’effondrement du gouvernement” et “de collecter une sorte de taxe sur les moisissures auprès de certaines institutions publiques et entreprises au Congo”. Banque centrale, compagnie minière Jecamines, Diète. , Commission électorale, Sociétés de transport et de port, Fonds d’entretien routier…

Lire à nouveauGeorges Capianva : « Nous sommes à un pas de la dictature de la République démocratique du Congo.

La plus grande fuite de documents bancaires en Afrique

Selon une enquête « Congo Holdup », 138 millions de dollars ont été dépensés pour la « Bank BGFI RDC Collusion » (filiale de la RDC du groupe bancaire gabonais BGFI Bank), qui intéressait les proches de Joseph Kabila. Et la responsabilité, “notamment à travers la société de réception installée dans le garage”.

Selon l’auteur, l’étude est basée sur 3,5 millions de documents bancaires confidentiels obtenus par le média de recherche en ligne français Mediapart et l’ONG Plateforme pour la protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF). Ces données ont été analysées pendant 6 mois par 19 médias internationaux et 5 ONG coordonnés par le réseau European Investigative Collaborations (EIC).

« L’un des exemples les plus choquants concerne l’argent des routes, où la RDC est terriblement rare », a déclaré Mediapart, qui met côte à côte la famille Kabila et la « propriété sournoise » qui aurait accumulé l’état de la RDC. ressource minérale […], Est 6e Le pays le plus pauvre du monde.”

“Plus de 70 % des Congolais survivent pour moins de 2 dollars par jour. La moitié de la population n’a pas accès à l’eau potable et 90 % n’ont pas d’électricité”, a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, les services de communication de l’ancien président Kabila « Kabila Bashing » et « dommagent le mérite » aux résultats de cette enquête, de janvier 2001 à janvier 2019, lorsque l’actuel chef de l’État a dirigé la RDC. Tentative. » Le chef de l’Etat Félix Tshisekedi lui a succédé.

Lire à nouveauKabila-République démocratique du Congo : l’Etat de droit est menacé