Contrefaçon : près de 10 millions de publicités supprimées en 3 mois

Lors de l’essor des ventes en ligne, nous avons multiplié les petites annonces sur les plateformes de produits contrefaits. L’Union des fabricants (Unifab) a identifié 9 892 493 annonces retirées de la plateforme de vente entre juillet et octobre par un échantillon de 26 entreprises. En 2021, plus de 27 millions de publicités illégales au total ont été supprimées.

L’annonce de ces produits contrefaits est pertinente dans de nombreux domaines du prêt-à-porter, notamment l’horlogerie, la parfumerie, l’équipement automobile ou encore la pharmacie.

Comme le confirme un récent rapport parlementaire, on estime que ce marché de la contrefaçon en France fait perdre à l’économie française près de 8 milliards d’euros et près de 40 000 emplois chaque année. Vendre des produits contrefaits est souvent plus rentable et moins risqué que le trafic de drogue.

Alors que le Black Friday approche des vacances du Nouvel An

La Commission d’Audit et d’Inspection rapporte que le commerce électronique joue un rôle majeur dans le développement de la contrefaçon. En 2019, les saisies e-commerce représentaient 30% des interceptions et 60% des procédures.

C’est au président de l’Unifab qu’il est très important que les législateurs « soient conscients des problèmes économiques, sociaux, environnementaux et sécuritaires créés par la contrefaçon de consommation » et « protègent les concitoyens », explique Christian Peugeot.

Alors que le Black Friday approche des vacances du Nouvel An, l’association travaille également avec l’Institut National de la Propriété Industrielle, la Commission Nationale Anti-Contrefaçon, les Douanes et la Police Militaire pour lancer des campagnes de sensibilisation. Il propose aux consommateurs du site des conseils pour éviter la contrefaçon et des quiz sur le sujet.

La campagne interviendra lorsqu’un projet de loi “visant à moderniser la lutte contre la contrefaçon” par une majorité de députés sera examiné par la commission législative du Parlement ce mercredi. Elle propose notamment la création d’une structure de coordination pour lutter contre cinq années de contrefaçon ou d’expérimentation dans la justice dédiée aux litiges commerciaux en ligne.