COP26 : Quatre nouveaux engagements pris par la France au Sommet sur le climat

Des négociations qui ne finissent jamais. En l’absence d’accord, les discussions sur le changement climatique lors de la COP26 de la Conférence de Glasgow 2021 se poursuivront ce samedi. Les dirigeants tentent de trouver un compromis depuis deux semaines, notamment en ce qui concerne l’aide financière aux pays pauvres et le retrait des énergies fossiles. Lors de ce sommet qui accueille plus de 120 chefs d’Etat, la France a fait quatre nouvelles promesses.

  • Mettre fin à la déforestation d’ici 2030

Plus tôt la semaine dernière, les dirigeants de 100 pays, dont la France, ont promis d’arrêter la déforestation d’ici 2030 pour protéger le climat. La Déclaration conjointe est adoptée par plus de 100 pays qui protègent 85 % des forêts du monde, y compris le nord du Canada, les forêts tropicales amazoniennes au Brésil et les forêts tropicales du bassin du Congo.

Ironiquement, sans rire, la déforestation en Amazonie au Brésil a atteint 877 km2 en octobre. Il s’agit d’un record de cinq ans pour ce mois-ci, selon les données officielles publiées. Vendredi, le gouvernement de Bolsonaro a annoncé des objectifs climatiques ambitieux lors de la COP26. .. Contrairement à ces engagements, les alertes de déforestation enregistrées par le système satellitaire de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) ont atteint leur pire niveau en octobre 2016 depuis l’adoption du système.

  • Réduire la production de pétrole et de gaz

La France a rejoint jeudi une coalition de 12 pays ou territoires, dont le Danemark, l’Italie, l’Irlande, le Portugal et la Californie, USA. L’objectif de cette alliance est d’accélérer l’abandon progressif de la production d’énergie fossile. Le nom de cet engagement est Boga, ce qui signifie littéralement « au-delà du pétrole et du gaz » (« au-delà du pétrole et du gaz »).

L’alliance, coprésidée par le Costa Rica et le Danemark, “vise à créer une communauté internationale de pratique pour aider le gouvernement à remplir son engagement d’éliminer progressivement la production de pétrole et de gaz”, indique le ministère de la Transition écologique.

  • Interdire les prêts de combustibles fossiles à l’étranger sans technologie de capture du carbone

La France a également rejoint une coalition qui promet de mettre fin aux financements étrangers pour les projets d’énergie fossile n’utilisant pas la technologie de capture du carbone d’ici la fin de 2022. “La signature de cet accord est une décision cohérente pour la France, l’un des pays toujours ambitieux en matière de changement climatique”, a déclaré la ministre de la Transition écologique Barbara Pompiri.

Les écologistes français ont été les premiers signataires, d’autant plus que Paris faisait partie d’une autre coalition « Export Finance to the Future » (E3F) visant à mettre fin à l’horizon indéfini depuis avril. . Financement public pour des projets qui incluent des combustibles fossiles pour l’exportation.

Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

  • Réduire les émissions de méthane

Comme annoncé par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Reyen, la France réduira les émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, d’ici 2030 d’ici 2030 par rapport à 2020 dans plus de 80 pays. J’y travaille. Le méthane (CH4) émis par l’agriculture, l’élevage, les combustibles fossiles et les déchets est le deuxième gaz à effet de serre associé à l’activité humaine après le dioxyde de carbone (CO2). Bien qu’on en parle peu, son effet de réchauffement est environ 29 fois celui du CO2 en 100 ans et environ 82 fois en 20 ans.


avis

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Bouzou, économiste et essayiste, est le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès.Nicolas Buzo

Chronique

Abnoussé Shalmani

Chronique

Donneur de chronique.Christoph Donner