Coronavirus : l’AMF cible Macron pour la gestion de crise


N.-É.Il a déploré “l’extrême centralisation” de la gestion étatique de la crise sanitaire devant le président Emmanuel Macron jeudi 18 novembre, alors que le président nouvellement élu de l’Association des maires de France (AMF), David Lisnard, a déploré. .. Réunion de l’association à Paris. “La première chose que nous avons observée, c’est une centralisation extrême, qui pour beaucoup d’entre nous était une confirmation et un État décentralisé”, a déclaré le maire Les Républiques de Cannes, qui a succédé à François. C’était une décision qui pouvait se blesser. Dans son premier discours à l’issue du Congrès, le président de l’AMF baroine la veille.

Faisant implicitement allusion aux mesures annoncées par le président dans un discours télévisé, il a déclaré : “Même le ministre aurait découvert la décision en même temps que nous, mais il y a plusieurs chefs”. difficulté”. David Listenerd, qui en a profité pour appeler à “un nouveau souffle de décentralisation” avant l’investiture du président de la République, a regretté que “dans de nombreuses situations on ait dû pleurer le manque de coordination”.

Lire à nouveauDavid Listenerd : Rock Marathoner, chef du maire de France

Le maire dresse un bilan très négatif du quinquennat de Macron

De son côté, le premier vice-président de l’AMF, le socialiste André Reinel, a lu une résolution approuvée “à l’unanimité” par le nouveau conseil d’administration de l’association devant le chef de l’Etat. Du point de vue du maire. “Dialogue, négociation, confiance : est-ce trop demander ? Pourtant, c’est quelque chose que nous n’avons pas pu avoir ces quatre dernières années”, a déploré l’AMF. Sur un ton qui caractérise les relations tendues entre le maire et Emmanuel Macron, « j’espère qu’un futur mandat qui s’ouvrira en 2022 le rendra finalement possible. La gravité de la situation l’exige. Parce que je le fais », a-t-elle ajouté. .. ..


L’équipe éditoriale vous conseillera