Covid-19 et télétravail : le Medef ne veut pas de « devoir »

Revenir à un télétravail généralisé est « une erreur ». C’est en tout cas l’avis du Medef, opposé à imposer cette pratique et à encourager les chefs d’entreprise à se “remobiliser” sur cette question, a déclaré le président Jeffroy Loud.・ a déclaré mardi Beju. “Nous devons provoquer un dialogue social local”, a déclaré le président Medeff. BFMTV / RMC“Il y a beaucoup d’entreprises qui ont des accords”, a-t-il ajouté.

“Les chefs d’entreprise peuvent se remobiliser avec le télétravail, mais il n’y a pas d’obligation”, a résumé le dirigeant de la première organisation patronale française. Il considère la décision de la Belgique face à une reprise de l’épidémie comme une “erreur” d’imposer le télétravail dans quatre jours sur cinq chaque fois que cela est possible.

“Ne surestimez pas le nombre de personnes travaillant à domicile. Seuls 20 % des postes peuvent être télétravaillés, donc ce n’est pas que du français”, a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux.

“Frustration”

Selon Geoffroy Roux de Bézieux, le télétravail « peut être incompréhensible et frustrant pour ceux qui ne peuvent pas télétravailler ». “Il y a beaucoup d’entreprises industrielles qui demandent aux cadres de ne pas travailler à domicile pour créer un sentiment d’égalité entre ceux qui sont situés dans la chaîne ou ailleurs et ceux qui peuvent travailler à domicile”, a-t-il expliqué.

Enfin, le président du Medef a décidé que “les gestes barrières étaient atténués partout” et d’assurer “le port du masque” et jauger la conformité lors de la réunion pour “éviter des mesures plus contraignantes”.