Covid-19 et vague 5 : Pas de retour au télétravail, mais renforcement des protocoles de santé en entreprise

Tous les Français ne reviendront pas, du moins potentiellement, au télétravail. La cinquième vague de l’épidémie est là, mais le gouvernement n’envisage pas de tenir compte des règles actuellement en vigueur à ce stade. A l’issue des discussions avec les élus ce jeudi midi, le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran a expliqué qu’il préfère « harmoniser liberté et responsabilité » plutôt que contraindre.

Cette annonce, ou plutôt cette inopinée, n’est pas vraiment une surprise. En effet, le Conseil scientifique, dans son avis définitif, a recommandé un moyen « massif » de télétravail. Cependant, la ministre du Travail Elizabeth Borne n’a pas vraiment remis en cause la position du gouvernement sur cette question. Elle s’est rendue lundi au siège de L’Oréal de Clichy et a eu le plaisir d’appeler l’entreprise à remobiliser le respect des gestes barrières au sein de l’entreprise française. En principe, il est impossible d’exclure la “réponse suite” tout en ajoutant de la même manière.

Nouveaux changements au protocole sanitaire

Enfin, lors d’une réunion avec les partenaires sociaux, le ministère du Travail a indiqué que les protocoles sanitaires des entreprises seraient encore légèrement modifiés pour faire face à la cinquième vague, notamment en ce qui concerne les règles concernant la restauration collective et l’organisation de moments hilarants. Concernant la restauration collective, “S’il n’y a pas de parcours sanitaire à ces endroits et que l’épidémie reprend, nous reviendrons à la règle des 2 mètres entre chaque personne à table. Aucun masque n’est porté”, a précisé le ministère. ..

Pour les moments hilarants (comme les boissons de départ et d’arrivée), le protocole précise que ces moments ne sont “plus recommandés”. “S’ils sont tous organisés de la même manière, ils doivent se faire dans le respect des gestes barrières, notamment la distance de 2 mètres entre chaque personne si le port du masque ne peut être garanti”, a précisé le ministère. ..

Selon le ministère du Travail, une recommandation sur la ventilation, qui est une “mesure essentielle pour éviter la propagation du virus”, a été désignée par le ministre de la Santé. “L’aération est un moyen efficace pour éradiquer les particules virales dans l’air. Si vous avez une réunion d’une heure, c’est ouvert 10 minutes, même s’il fait froid”, précise Olivier Véran. “Si nécessaire, il peut être utile de placer le capteur de dioxyde de carbone dans l’air”, a ajouté le ministre.

De nombreux changements de règles

Récemment, les employeurs ont veillé à s’opposer à la systématisation du télétravail. Sur BFMTV mardi, le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux n’a pas caché son hostilité au récent télétravail forcé en Autriche ou en Belgique. Il a augmenté la même nuit en se rendant au Purgaster Dowlas dans le Finistère. “Pour certains salariés qui ne peuvent pas télétravailler, l’image du télétravail est un peu comme une glande.”

Depuis le début de la crise sanitaire, le recours au télétravail fait l’objet de nombreux débats. En théorie, le gouvernement ne peut pas légalement obliger une entreprise à forcer les employés à rester chez eux. Pourtant, le gouvernement a trouvé l’astuce en intégrant le recours au télétravail dans le cadre de l’obligation de l’employeur d’assurer la santé et la sécurité des salariés pendant l’épidémie. De ce fait, la direction des inspecteurs du travail a permis de sanctionner les chefs d’entreprise pour mise en danger de leur vie s’il n’est pas indispensable d’avoir des salariés dans les locaux de l’entreprise.

Le 9 juin, le gouvernement a mis fin à ce “télétravail systématique” en cherchant à négocier une convention collective visant à établir un nombre minimum de jours de télétravail. La règle des jours minimum a été levée le 31 août, permettant aux entreprises de négocier leur propre cadre.