Covid-19 : Hospitalisation, Omicron… Où en est l’épidémie d’enfants ?

Le virus continue de se propager et les jeunes n’y ont pas échappé depuis un certain temps. L’épidémie provoquée par les variantes Omicron et Delta continue sur sa lancée tandis que les cadres s’arrachent les cheveux sur les protocoles sanitaires mis en place dans les écoles. Entre 6 et 10 ans, l’incidence augmente de manière explosive. Contamination de 4.706 pour 100.000 habitants contre 2.554 le 5 janvier. « Les 0-17 ans (21,5 % de la population française) représentent 3 à 5 % des patients hospitalisés COVID-19 », indique Santé publique France dans un rapport publié jeudi 13 janvier. La stabilité proportionnelle est cohérente avec le développement de l’épidémie de la population générale, et le nombre d’enfants et d’adolescents hospitalisés augmente depuis plusieurs semaines. Augmentations qui touchent principalement les bébés de moins de 1 an.

Cliquez pour voir le graphique ici..

Entre le 1er et le 9 janvier, les taux d’hospitalisation des enfants de moins de 1 an étaient similaires aux taux d’hospitalisation combinés des enfants de 1 à 17 ans. Selon les derniers chiffres au 13 janvier 2022, 430 enfants âgés de 0 à 9 ans ont été hospitalisés, dont 82 sont actuellement en réanimation. Depuis le 15 novembre, Géodes connaît une hausse forte et continue depuis qu’elle signale que seuls six enfants de moins de 10 ans sont en réanimation. Selon les données officielles, les enfants et adolescents âgés de 10 à 19 ans sont hospitalisés avec 346 enfants et adolescents, dont 24 en réanimation. Soit dit en passant, au 14 janvier 2022, il y avait 21 898 hospitalisations dans la population totale.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Mais qu’en est-il de la proportion de variants d’Omicron chez les adolescents ? Bien que présentes dans plus de 65 % des virus séquencés, la proportion accrue de souches suspectes dans les cas hospitalisés de Covid-19 détectés en Afrique du Sud a nettement augmenté depuis décembre. Début janvier, les variants d’Omicron étaient soupçonnés d’être responsables de 88 % des contaminations âgées de 1 à 4 ans. Pour mieux comprendre les données liées aux taux d’admission des enfants, Santé Publique France fournit les informations tant attendues dans son rapport du 13 janvier. Ce dernier souffre d’une autre condition médicale et a été détecté positif. Les enfants atteints de ces maladies auraient été hospitalisés même s’ils n’étaient pas infectés par le virus.

Cliquez pour voir le graphique ici..

Plus de patients qui “ont le Covid” chez les enfants

En France, les enfants hospitalisés “pour Covid” constituent la majorité des enfants et adolescents actuellement diagnostiqués Covid – notamment chez les bébés. Dans la première semaine de janvier 2022, la proportion de patients atteints du “Covid-19” n’était que de 11% chez les enfants de moins de 1 an. Cette part est un peu élevée chez les adolescents (12-17 ans), 32%. Pour l’ensemble de la population, il n’existe actuellement aucune donnée précise permettant d’évaluer cette différence.de Parisien, Santé publique France a répondu le 1er janvier, “86% des patients Covid ont été hospitalisés et 95% des patients en soins intensifs ont été hospitalisés pour le traitement de Covid au cours de la semaine écoulée.” Toujours selon les agences sanitaires, la proportion de patients atteints du Covid-19 hospitalisés pour d’autres motifs était plus élevée en 2021 pour les enfants que pour les adultes, notamment dans les services de réanimation”, rapporte Santé publique France.

Taux d'hospitalisation des enfants "Pour Covid"..

Tarifs d’hospitalisation des enfants “pour Covid”.

Santé publique France

De nombreux enfants Covid-19 pris en charge à l’hôpital souffrent du PIMS “Pediatric Multisystem Inflammatory Syndrome”. Au total, au contact d’une personne positive, le Covid-19 peut provoquer une inflammation généralisée, 71% des cas de PIMS touchent prioritairement les enfants âgés de 3 à 11 ans, en réanimation ou en réanimation. La pathologie observée est essentiellement secondaire à une infection par le variant delta.

Population insuffisamment vaccinée

Pour l’instant, Santé Publique France estime qu’il est trop tôt pour prédire l’impact des variants d’Omicron sur l’incidence des PIMS, et que les chiffres sont en augmentation. Depuis le début de l’épidémie, 796 cas de PIMS associés au Covid-19 ont été détectés, dont 562 cas associés à une myocardite. L’incidence cumulée des cas associés au Covid-19 est estimée à 5,5 pour 100 000 dans la population de moins de 18 ans. L’incidence la plus élevée se situe entre 3 et 11 ans. Par exemple, 39 % des cas de PIMS ont été détectés dans le groupe d’âge 6-11 ans. En conclusion, Santé Publique France refuse d’être vigilante. “Les données ne soutiennent pas la gravité accrue de Covid-19, qui infecte actuellement les enfants.”

Cliquez pour voir le graphique ici..

Express

A l’heure actuelle, il est difficile de connaître la responsabilité du variant Omicron (qui semble moins pathogène) dans les cas pédiatriques hospitalisés. De plus, la forte circulation du virus chez les plus jeunes peut être associée à de faibles taux de vaccination au sein de cette population. Au total, seulement 0,4 % des enfants de moins de 11 ans sont complètement vaccinés. Dans son rapport, Santé publique France rappelle que la vaccination des nourrissons, notamment de l’entourage de leurs parents, est également indispensable. Dans ce cadre, les campagnes de vaccination des jeunes (12-17 ans) portent leurs fruits puisque 80% d’entre eux sont vaccinés.


avis

Chronique

François Bazin, essayiste et journaliste spécialisé en politique.François Bazin

Chronique

Christophe DonateurChristophe Donateur

Chronique

Chronique des donateurs Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristophe Donateur

Chronique

Sylvain Chute