Covid-19 : Le monde du sport a aussi été bouleversé par les variantes Omicron

La première réaction a été de sourire ou de ressentiment, cela dépend de la situation. Maintenant, les épisodes ont tendance à être plus inquiétants qu’autre chose. Samedi soir, la modeste équipe de football de Lisbonne de Belenenses était dans une situation omniprésente. Pour le Covid-19, 14 joueurs, entraîneurs et une partie du staff technique ont été dévalisés, et 9 joueurs ont été alignés. À … 6. Après cela, la réunion s’est arrêtée sur un tapis vert, mais nous ne savions pas vraiment que la farce pouvait durer plus de la moitié.

Ce lundi, on apprenait qu’une variante d’Omicron était en fait à l’origine de cette immense source de pollution (13 joueurs touchés) et était la première à être découverte dans le pays. Cela pose la question de la fluidité, que cette nouvelle version du Covid-19 a tendance à diffuser.

Évidemment, le monde du sport est aussi inquiet que n’importe quelle autre partie du globe. Lui aussi devra s’adapter à ce nouvel épisode épidémique particulièrement redouté. Du Japon à l’Australie (complètement fermée) en passant par l’Europe, les conditions d’entrée sur le territoire commencent à se durcir, et beaucoup de concurrence pourrait caler dans les semaines à venir. A titre de première précaution, puis forcément si suspicion de sa gravité et résistance au vaccin est démontrée.

Déjà annulé

Notamment, la neuvième manche de la Coupe du monde de cyclocross, prévue dimanche prochain à Anvers (Belgique), a été annulée ainsi que les Championnats du monde de squash en Malaisie du 7 au 12 décembre. Les politiques de visa d’un pays à l’autre compliquent grandement le travail de l’organisateur.

En France, il semble inévitable de rendre les masques dans tous les sites sportifs. Ce fut déjà le cas ce week-end en Ligue 1 de Lens, Saint-Etienne et Lorient, sans être sérieusement respecté par les ordres du gouverneur. Le retour de la jauge spectateur ne peut être exclu. Un signe d’inquiétude autour du gouvernement allemand estime qu’il est “difficile de comprendre” l’afflux de 50 000 supporters démasqués à Cologne ce week-end en raison du derby du Rhin contre Mönchengladbach.Je l’ai fait (4-1).

Un joueur bloqué en Afrique du Sud

Plus urgent, il y a aussi la question du rapatriement des athlètes actuellement bloqués en Afrique du Sud, où Omicron a été officiellement détecté pour la première fois. Les quatre équipes de rugby (Irlandais de Zebre, Irlandais de Munster, Gallois de Cardiff et Scarlets) n’ont pas pu quitter le territoire dimanche après un cas positif de Covid-19 dans l’équipe. Selon le ministre irlandais des Sports, Münster a été autorisé à retourner en Irlande lundi soir.

Parmi les délégations nationales roumaines en attente d’évacuation figurent 31 athlètes de tournois internationaux et le personnel technique de l’équipe de rugby. Une quinzaine de golfeurs britanniques et irlandais présents à Johannesburg pour le tournoi ont pu échapper à la quarantaine vendredi. Ils ont choisi de confisquer en revenant sur leur sol à temps.

Enfin, je ne peux m’empêcher de penser aux Jeux Olympiques d’hiver, qui débuteront à Pékin les 2 et 5 (4 au 20 février). Le pays veut à tout prix limiter les risques de pollution et met en place une politique sanitaire visant le « zéro infection ».