Covid-19 : Le pic de la troisième vague est passé immédiatement


N.-É.Torres de 50 000 cas de Covid-19 détectés en 24 heures mercredi 1euh Décembre. Le nouveau variant Omicron inquiète le monde et la France, mais deux cas ont déjà été détectés à La Réunion et en Ile de France, mais le variant Delta continue de faire avancer la cinquième vague de l’épidémie, c’est ce qu’on sait cet été. Si le nombre de pollutions ne diminue pas, le pic de la troisième vague du printemps (34 000 par jour en moyenne) sera dépassé d’ici le week-end.

Au 28 novembre, il y avait en moyenne 30 000 cas par jour, six fois plus qu’au début du mois.Lorsque le taux de test positif a explosé, l’incidence a atteint 310,9 cas pour 100 000 habitants : elle est passée de 2,2 % par jour.euh Novembre est de 5,7%. La moitié sud du pays est la plus touchée, avec une incidence de 607 en Ardèche, ainsi qu’en France et en Alsace.

L’hôpital est encore épargné

Face à cette cinquième vague, le gouvernement est actuellement dépendant du taux de vaccination de la population française, qui est l’un des plus élevés d’Europe (75,6%). La vaccination de rappel, qui s’applique à toutes les personnes de plus de 18 ans, doit être administrée dans les 5 à 7 mois suivant la dernière injection pour maintenir une bonne santé après le 15 janvier.

Lire à nouveauCovid-19 : Tous, vous saurez tout sur les variantes

La vaccination, qui réduit le risque de développer des formes sévères de maladie, a permis de limiter le nombre de patients Covid-19 actuellement en réanimation.Une personne est hospitalisée dans ces services, 1 886euh En décembre, moins que le pic de la 4e vague (2.294), surtout avec le même nombre que la 3e vague (6.001), très loin. Cependant, le nombre d’admissions quotidiennes en unité de soins intensifs augmente rapidement, avec une moyenne de 171 par jour, soit trois fois plus qu’au début du mois. Un indicateur important que le gouvernement surveille de très près.