Covid-19 : Quand l’Europe bondit face à la résurgence des restrictions

Marche à Vienne, émeutes aux Pays-Bas et en Belgique, entraves et pillages en Guadeloupe : les pays européens sont sous tension et touchés par la cinquième vague de Covid-19. Des personnes qui ont annoncé de nouvelles limites pour freiner les explosions de pollution se sont récemment rendues sur les lieux de manifestations. Et pour certains, c’est un trouble de l’ordre public et des bonnes mœurs.

Face à la progression rapide de l’épidémie, d’autres gouvernements ont le potentiel de changer leur santé. Mais ils sont prévenus : “des mesures contraignantes, comme un couvre-feu, sont dans certains cas suffisantes pour provoquer une manifestation de mécontentement”, a déclaré un professeur d’histoire de la santé à la Haute École de santé publique. ,Oubliez Wuhan.Essai sur l’histoire moderne de la crise sanitaire (La Fabric Éditions, 2021).

Aux Pays-Bas, des émeutes de trois jours contre la police dans plusieurs villes ont été suivies d’une utilisation accrue des cartes de santé et de la fermeture de bars et de restaurants à partir de 20 heures. Mesures imposées par les autorités alors que le pays connaît de nouveaux records d’infection quotidiens-19 700 samedi. “Ce que j’ai vu ce week-end était de la pure violence”, a répondu le Premier ministre Mark Rutte en comparant l’auteur à un “fou”.tous les jours Volksclant Il évoque des « hooligans » qui ont été privés d’accès aux matchs de football et, surtout, des « jeunes » qui tentent d’attaquer la police.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

C’est une répétition des Pays-Bas, où la liberté publique est un thème délicat. Déjà en janvier de l’année dernière, l’annonce d’un couvre-feu avait provoqué plusieurs nuits d’émeutes et arrêté plus de 500 personnes. Partiellement mineur, Ceux-ci viennent d’horizons très différents : Jeunes paresseux, autres personnes des mouvements libertaires et complotistes.

Manifestation en douceur en Autriche

En Belgique, des violences contre la police se sont produites dimanche à l’issue d’une manifestation pacifique contre la généralisation du port du masque, et alors que le gouvernement envisageait de rendre obligatoire le télétravail pour ceux qui le pouvaient dans les rizières. La veille, en Autriche, 40.000 personnes sont descendues pour protester contre la vaccination forcée contre le Covid-19 et le retour à la prison générale. Dans le cas de l’Autriche, le rassemblement a été organisé à la demande du parti d’extrême droite FPÖ. Mais cela s’est passé dans le calme.

Les étals ont fermé au marché de Noël de Salzbourg en Autriche car ils étaient contenus à Salzbourg, en Autriche, le 22 novembre 2021.

Les étals ont fermé au marché de Noël de Salzbourg en Autriche car ils étaient contenus à Salzbourg, en Autriche, le 22 novembre 2021.

afp.com/BARBARA GINDL

Dans certains pays, les motivations ne sont pas exactement les mêmes, mais les causes sont multiples. “Toutes les manifestations ne sont pas hygiéniques pour la raison principale. Comme la Guadeloupe, ce ne sont parfois que des excuses”, a déclaré Patrick Gilberman. Sur les îles des Caraïbes, prédation, handicap et violence ont été causés par l’obligation de vacciner les soignants. Mais c’est le signe d’une crise sociale plus grave, caractérisée par la méfiance des décisions de Paris et un taux de chômage élevé – 17 % des Guadeloupéens sont au chômage, deux fois plus que dans les grandes villes. INSEE..

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

En France métropolitaine, des manifestations hebdomadaires contre la vaccination ont attiré plus de 200 000 personnes en plein été et ont maintenu la paix. Puis, selon le ministère de l’Intérieur, le 6 novembre, leur rang s’est progressivement réduit à seulement 29 000 manifestants. Les exemples de l’Autriche, de la Belgique et des Pays-Bas montrent que le mouvement pourrait s’étendre en France si le gouvernement décide de nouvelles mesures face à l’augmentation de la pollution.

Clément Daniels


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton