Crise aux Antilles : en Martinique, les syndicats demandent la levée des entraves après les violences et les fusillades

Neuf membres des forces de sécurité ont été blessés, ont indiqué des sources policières et de gendarmerie.

La Guadeloupe et la Martinique, deux îles de la mer des Caraïbes française depuis lundi, ont été mandatées par les soignants et les pompiers, mêlés à des revendications sociales liées à la hausse du coût de la vie et du prix du carburant.Je suis bouleversé par le défi des vaccins.

Ils ont récemment connu une éruption de violences de lundi à mardi soir, allant jusqu’à une fusillade contre des pompiers et des policiers indemnes de Fort-de-France (Martinique).

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“”Pense à ce qu’elle a vu toute la journée« Mardi, le syndicat en grève générale en Martinique a appelé à la suppression du barrage dans la nuit.

Le but de cet appel était de rétablir le calme sur une île où la circulation était fortement perturbée par ces blocages d’autoroutes depuis lundi matin.

Néanmoins, l’affrontement s’est produit dans le quartier Saint-De-France de Fort-de-France, où neuf policiers et gendarmes ont été blessés. Cette zone a été le théâtre d’une fusillade visant les forces de sécurité la nuit précédente.

En Guadeloupe, où la grève a commencé le 15 novembre, la province a décidé de prolonger le couvre-feu jusqu’au 28 novembre, après les violences du cinquième jour mardi.

-“”Otage de l’île“-

Mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déclaré : «Minorité maladroite” Lorsque “violent“En Guadeloupe”Des otages dans toute l’île“.

“”La santé publique ne peut pas être utilisée à des fins politiques», ai-je lancé M. Ataru.

Il a estimé que le gouvernement en avait une partie.Création d’une condition de dialogue“En annonçant la création lundi”Instance de dialogue” pour “Persuasion et soutien», Experts impliqués dans les obligations vaccinales.

“”La vaccination obligatoire du personnel soignant (…) ne se négocie pas, ni les parcours de santé se négocient« Le gouvernement français a lancé jeudi le ministre de l’Économie, Bruno Le Mer, alors qu’il devait annoncer le renforcement des mesures sanitaires.

-Chômage, pauvreté, méfiance-

“”Je suis pleinement conscient des difficultés financières mais ne les traite pas avec violence“Garantie à M. Le Mer, et”La solution (…) n’est pas de verser des centaines de millions d’euros d’aides publiques“.

Car ce mouvement est aussi le reflet de crises économiques et sociales plus graves.

A la Martinique, le taux de chômage de 12,4% est inférieur à celui des autres territoires étrangers, mais selon les données 2018 de l’Institut national de la statistique (Insee), le taux de pauvreté avoisine les 30%, au niveau national.

Selon la même source, en Guadeloupe, 34,5% de la population vit en dessous du seuil national de pauvreté et le taux de chômage atteint 19%.

L’opposition au vaccin dit aussi, selon les sociologues.Scandale du chlordécon“.

Le pesticide, considéré comme un perturbateur endocrinien et potentiellement cancérigène, a été interdit en France en 1990 et est resté jusqu’en 1993 sous licence critique dans les bananeraies de la Martinique et de la Guadeloupe avec une dérogation ministérielle.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

En Guadeloupe, où l’épidémie de Covid-19 s’est généralisée cet été, les autorités ont indiqué que seulement 36,43% des personnes de plus de 18 ans ont reçu au moins une injection à la mi-novembre.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Journal libéral

Neuilly-sur-Seine, France, 18 novembre 2021, portrait de l'homme politique français Alain Madran. Il a servi trois ministres entre 1986 et 1995 et s'est présenté sous l'étiquette de démocratie libérale aux élections présidentielles de 2002.Alain Madelin

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski