Crise de l’immigration : cette lettre de Boris Johnson enflamme les relations avec la France

Le drame est encore frais. Vingt-sept personnes qui voulaient rejoindre l’Angleterre via la France sont décédées mercredi sur la chaîne. Parmi eux se trouvaient sept femmes et quelques mineurs. Il n’y avait aucun mémorial ou méditation dans la tragédie que ce genre de souffrance humaine affecterait normalement la société. La crise de l’immigration connaît le rythme de la misère quotidienne. Depuis le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, destination prisée de ces expatriés clandestins, les tensions à ce sujet n’ont augmenté que dans d’autres parties du continent, notamment en France, d’où la majorité part. Essayer de traverser l’île.

La catastrophe se transforme donc désormais en conflit politique. Une meilleure coopération entre Paris et Londres est attendue, notamment jeudi, ont souligné des médias anglophones, certains accusant les autorités françaises d’avoir laissé le bateau à mort comme mercredi.

Les dirigeants tentent également d’imaginer une solution à cette crise. Plus ou moins de finesse. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré dans une lettre publiée sur Twitter par Emmanuel Macron jeudi soir : « Un accord bilatéral de rentrée pour permettre le retour de tous les immigrés clandestins par la Manche. Je propose de conclure. Proposition à ne pas passer : vendredi matin, le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a annulé la visite de son homologue britannique Priti Patel à la réunion de dimanche sur les dossiers d’immigration à Calais. Le ministre français rencontre encore ses collègues de l’Union européenne et de la Commission.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“Aucun pays ne peut y faire face seul. J’espère que les Français repenseront (leurs décisions)”, a déploré le ministre britannique des Transports Grant Shapps à la BBC.

Manière “pas sérieuse”

Réaction en chaîne. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a également vivement critiqué l’opération de Boris Johnson ce vendredi matin. “C’est une lettre fondamentalement médiocre car elle ne respecte pas tout le travail effectué par les garde-côtes, les policiers, la gendarmerie et les sauveteurs maritimes”, a-t-il répondu à BFMTV et RMC, avec 7 800 migrants. le début de cette année.

De plus, cette lettre « propose cet accord sur la relocalisation », ce qui n’est clairement pas ce dont nous avons besoin pour résoudre ce problème (…) territoire », a-t-il déploré.

Emmanuel Macron goûte rarement la lettre ouverte de son adversaire. Le président de la République l’a d’ailleurs annoncé lors d’une conférence de presse ce vendredi en accusant la méthode “non sérieuse”. Dans la forme, d’abord. « Nous sommes étonnés de la façon dont ils ne sont pas sérieux. Nous sommes différents d’un leader sur ces questions en tweetant, en publiant des lettres, nous ne sommes pas des lanceurs d’alerte. Je ne contacterai pas le leader.

Ensuite, sur le fond. “Pour cette question [de l’immigration illégale] Si c’était simple, ça aurait été résolu autrement. Ce n’est pas. La France est aujourd’hui un lieu de transit pour ces femmes et ces hommes qui quittent leur pays dans la misère et la souffrance. Ils ne veulent pas rester en France, ils veulent traverser à tout prix. La vraie réponse réside dans la coopération sérieuse pour empêcher ces déplacements et démanteler ces réseaux de trafiquants (…) Il est trop tard pour qu’ils soient là ! “Et faire une conclusion.” Nous verrons comment agir avec la Grande-Bretagne. En effet, ils décident de le prendre au sérieux. ”

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Pendant ce temps, une autre journée passe par les rives du Pas-de-Calais et est inondée de carrefours. Le pêcheur Karl Makingen, qui a lancé un avertissement mercredi et retrouvé le corps, a comparé la scène à un “film d’horreur”. Très choqué, sa voix était émotionnellement rauque, et cet homme barbu en combinaison bleue n’a plus envie que d’une chose, “embrasser les enfants”.


avis

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Journal libéral

Neuilly-sur-Seine, France, 18 novembre 2021, portrait de l'homme politique français Alain Madran. Il a servi trois ministres entre 1986 et 1995 et s'est présenté sous l'étiquette de démocratie libérale aux élections présidentielles de 2002.Alain Madelin

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow