Crise des Antilles : pourquoi la vie en Martinique et en Guadeloupe est si élevée

Après la Guadeloupe, la polémique se répand sur le pétrole en Martinique. Les récentes violences qui ont détruit deux quartiers dans le sillage de l’opposition à la vaccination forcée par les soignants sont motivées par le coût de la vie moyen… 12,5 % plus élevé que la grande ville de France ! Au soleil, la vie est définitivement plus chère.

Les découvertes ne datent pas d’hier. En 2009, le rapport du Sénat comparait les prix d’une cinquantaine de produits de première nécessité vendus dans les hypermarchés des départements d’outre-mer et de la métropole française. Résumé de la course, différence simple à double, ou même pire. L’eau de marque « Cristalline » a été particulièrement touchée. De 1,08 euro dans la grande ville de France à l’époque, le prix d’un pack de six bouteilles de 1,5 litre en Guadeloupe était de 2,64 euros. Un kilogramme de chocolat Nesquik coûtait 3,10 € en France métropolitaine, 7,08 € en Guadeloupe et 5,43 € en Martinique. Dernier exemple : La lessive de marque Xtra, qui était au prix de 6,07 €, est passée à 12 € dans les deux divisions internationales.

Depuis, le « Quality Price Shield » a été mis en place et une centaine de produits sont vendus chaque année à prix réduit dans les supermarchés des régions d’outre-mer. En juillet 2019, le prix des paniers en Guadeloupe était 33 % plus élevé qu’en métropole et 38 % plus élevé en Martinique, sans montrer d’effet transcendantal. Et c’est un salaire net moyen inférieur à celui des autres Français. Selon l’Insee, en 2019, les salariés du privé gagneront en moyenne 2 424 € par mois. Le prix net est de 2266 euros pour la Guadeloupe et de 2235 euros pour la Martinique.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Manque de concurrence

Comment expliqueriez-vous ces différences ? Tout d’abord, il y a une particularité de l’île, qui renchérit inévitablement le coût du transport des marchandises par rapport à la France métropolitaine. Olivier Sadley, maître de conférences et spécialiste de l’outre-mer à l’Université Paris Sacre, a déclaré : « Les aliments frais sont expédiés par bateau ou par avion dans des conteneurs de congélation coûteux. Les prix du fret ont grimpé en flèche ces derniers mois. Cependant, les prix des marchandises importées n’expliquent pas tout. Comme le souligne la sénatrice dans le rapport, les produits locaux de ces filières peuvent être encore plus chers qu’en métropole. En témoigne l’exemple de la patate douce, produit local plus cher en Guadeloupe (2,60) et en Martinique (2,50) qu’en métropole (1,50). Ce dernier, cependant, n’a pas été produit dans les champs de pommes de terre de Picardi, mais importé d’Israël.

Pour mieux comprendre le paradoxe, il faut se pencher sur l’héritage ancien. Cela signifie que pendant de nombreuses années, un petit nombre de familles nombreuses ont dominé l’économie des Antilles. Cinq groupes familiaux sont incontournables en Martinique, par exemple la nourriture, l’immobilier et les boissons sans alcool. « Il y a très peu d’entreprises dans une concurrence dite oligopolistique, précise Olivier Sadley. Les entreprises peuvent réguler les prix à la disposition de leurs clients. Dans ce cas, c’est plus facile, mais “les cadres moyens et supérieurs sont en ligne avec les niveaux de salaire des fonctionnaires”, ajoute l’économiste.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Il existe des moyens d’ouvrir davantage les marchés de la Guadeloupe et de la Martinique pour réduire le coût de la vie. ” Encore aujourd’hui, si vous voulez acheter de la marchandise sur Amazon, vous devez passer par une grande ville via un tiers. C’est-à-dire que vous n’avez pas acheté. Vous devez libéraliser votre e-commerce. ” Pour lancer la compétition. Pour … et vous pouvez baisser le prix.


avis

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Journal libéral

Neuilly-sur-Seine, France, 18 novembre 2021, portrait de l'homme politique français Alain Madran. Il a servi trois ministres entre 1986 et 1995 et s'est présenté sous l'étiquette de démocratie libérale aux élections présidentielles de 2002.Alain Madelin

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow