Crise guadeloupéenne : Selon Dalmanin, le débat sur l’autonomie n’est pas le « débat sur l’indépendance ».

Le débat sur l’autonomie déclenché par le ministre des Affaires étrangères Sebastian Le Corne en pleine crise sociale en Guadeloupe n’est “clairement pas un débat sur l’indépendance”, a déclaré lundi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. “L’autonomie est une décentralisation à l’étranger et pourrait ressembler à une situation comme la Polynésie française d’aujourd’hui”, a-t-il expliqué dans Mike. RMC / BFM..

Il a poursuivi que la Polynésie est “le territoire français complet où se trouvent nos troupes (…) mais les compétences sociales et économiques sont sous la juridiction du territoire”.

Dans un discours diffusé vendredi soir, le ministre de l’étranger Sebastian Le Corne a estimé que “la question de l’autonomie” était “creuse” de la part des élus locaux eux-mêmes en discussion avec le gouvernement pour chercher un moyen de mobiliser. Il a expliqué qu’on lui avait posé la question. . , Suspendu par de multiples exigences et violences.

“Les élus guadeloupéens qui ont sollicité ce débat sur l’autonomie”

« Ce sont les élus guadeloupéens qui ont appelé à ce débat sur l’autonomie. On ne peut pas dire que le gouvernement n’écoute pas les élus fonctionnaires, pas plus qu’il ne le fait quand ils le font. Il écoute trop les élus “C’est difficile de dire depuis Paris ce que veulent les Guadeloupéens”, a déclaré Gérald Dalmanin.

Le ministre de l’Outre-mer est actuellement en Guadeloupe. Il a annoncé qu’il réunirait “une dizaine” entre syndicats “pour discuter des allégations de santé” dans la sous-préfecture de Guadeloupe à Pointe à Pîtres lundi matin.

L’obligation de vaccination devait s’appliquer le 15 novembre aux Antilles, jour du déclenchement de la grève générale en Guadeloupe. Les protestations violemment émaillées sont ensuite arrivées en Martinique, où les manifestations ont commencé le 22 novembre.