Critiqué, le gouvernement se protège de laisser le pêcheur affronter Londres

“”On va continuer à se battre, on ne lâchera pas nos pêcheurs« Vendredi, il a assuré le président Emmanuel Macron lors de son déplacement dans le nord de la France et exhorté la Commission européenne à agir.

“”Nous accueillerons les pêcheurs de toutes les zones concernées dès que nous recevrons les commentaires du comité.« Ensuite, il a annoncé. »Et avant Noël, la France se serait levée“Il a ajouté, déclarant clairement qu’il n’en voulait pas.”Faites-en le sujet du Président de la France“L’Union européenne à partir du 1er janvier.

“”Il n’y a ni abandon ni retrait. Nous continuons à négocier et à faire pression.Veuillez me donner le même nombre de licences« Pendant 150-200 ans, il a auparavant assuré à l’AFP le secrétaire d’État Clément Beaune aux Affaires européennes.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

La France”Pour les boîtes de dialogue, laissez toutes les options ouvertes“Cela a échoué”, a-t-il déclaré, citant diverses sanctions qui pourraient être décidées par Paris et l’Union européenne (UE).

Jeudi, le ministre de la Mer, Alnwick Jirarudan, a évoqué des plans de compensation pour les pêcheurs non licenciés dans les eaux britanniques, tandis que Paris peinait à obtenir des droits de pêche, notamment auprès des autorités insulaires de Jersey sur l’île anglo-normande.

Ces propos ont provoqué la colère des experts et leur “” par la France.défaite“.

Lors de l’élection présidentielle, certains responsables politiques ont exprimé leur colère, mais les relations entre la France et la Grande-Bretagne sont très tendues sur de nombreux sujets.

“”Emmanuel Macron se rend“Pour la cheffe de Marine Le Pen de l’Union nationale.”une honte“Pour le communiste Fabien Roussel.”Abandon scandaleux“,”Traiter avec le nez“… : Le candidat à la présidentielle a probablement sauté sur l’occasion pour critiquer son successeur, Emmanuel Macron. L’ancien négociateur du Brexit et candidat de droite de Michel Barnier l’a blâmé.”Abandonné“Gouvernement.

-Est-ce que les frais sont trop doux ? ??

“”Il y a eu une erreur de communication de Girardin et une incompréhension des pêcheurs“, Jacques Delors, politologue à l’Institut européen, estime Elvir Fabry.

Pour Jean-Luc Hall, directeur de la Commission des pêches, c’est aussi “Plutôt une erreur de + timing + critiquée par certains qui craignent que cela ne soit interprété comme une approbation de faiblesse par le Royaume-Uni.“.

A Londres, la déclaration du ministre français a été complètement ignorée et n’a pas provoqué d’euphorie anti-française dans les tabloïds.

“”À mon avis, le message de Girardin était de montrer que tous les risques sont planifiés pour que les pêcheurs ne pensent pas qu’ils risquaient de tomber d’une falaise.« Si les négociations échouent, estime Fabry.

Cependant, Emmanuel Macron a également fait pression sur la Commission européenne et l’a accusée de ne pas se mobiliser suffisamment. elle “Nous devons protéger.Trop lent et trop mou“Je regrette le président de la France et préviens si c’est le cas.”Le comité ne joue pas ce rôle, la France“.

“”Le processus est trop lent“Nous avons reconnu la porte-parole de la Commission et promis d’être requis à Londres.”Renforcement du processus dans un délai bien défini.“”

A Bruxelles, “On parlera du protocole irlandais (autre friction entre l’UE et le Royaume-Uni, ndlr) plutôt que de la question de la pêche.« Eric Maurice, chef du bureau bruxellois de la Fondation Robert Schuman, estime que la France n’est pas isolée, a déclaré.

“”Tout le monde à Bruxelles et dans ses États membres est bien conscient qu’il s’agit d’un problème plus courant concernant le respect de l’accord britannique sur le Brexit.“, Il croit,”Et tout le monde sait que nous sommes face à un partenaire qui ne respecte pas forcément ses propos.“.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Les pêcheurs veulent maintenir la pression : “Il est temps d’agir“Avertir la Commission des pêches.


avis

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton

Journal libéral

"Si ce n'est pas faux quand de nombreux économistes prestigieux viennent dire que c'est le bon moment pour emprunter aujourd'hui, ils s'expliquent pour la mauvaise raison."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

"Au contraire, la diabolisation n'a pas retardé la montée continue des voix du Rassemblement national, devenu le Rassemblement national."Cela me rappelle Abnousse Shalmani.Abnoussé Shalmani