De la gauche au primaire : Pour Yannick Jado, c’est


VS’Non. Chez le n°1 européen Mike, jeudi 9 décembre, Yannick Jadot a catégoriquement refusé de participer à la primaire de gauche. La veille, sur le plateau de TF1, Anne Hidalgo constatait le manque de dynamisme de la campagne et proposait l’organisation primaire à gauche. “Non, je ne participerai pas à la primaire de gauche”, a répondu le candidat écologiste, accusant le candidat du Parti socialiste de “tour de passe-passe”.

Selon les candidats des Verts européens de l’écologie, la proposition d’Anne Hidalgo, déjà désignée par la Primaire écologiste en septembre 2021, n’est rien de plus que “Je veux sortir de l’impasse avec des idées étonnantes”. Pour l’heure, la Maire de Paris continuera de plonger dans le vote, avec 3 à 7 % des voix. Yannick Jado est le deuxième homme de gauche, avec 6 à 9 % des intentions de vote, mais le débat reste dominé par Jean-Luc Mélenchon (8 à 10 %).

Lire à nouveau Président 2022 : Anne Hidalgo appelle à un “premier ministre de gauche”

“Quand les écologistes ont retiré leur candidature en 2017 [lui-même au profit de Benoît Hamon, NDLR], Ils n’ont pas essayé de trouver un tour de passe-passe », a-t-il accusé. En particulier, la nouvelle primaire, portée par le mouvement civique Primaire populaire, a déclaré l’eurodéputé que “ce n’est pas le choix des écologistes de se rassembler très largement autour d’idées fortes” résumées en “écologie”.

Alors abandonne-t-il l’idée de collectionner ? « Non, a argué Yannick Jado. Je m’adresse aux électeurs socialistes, progressistes, et humanitaires. La dynamique qui peut gagner cette élection présidentielle sont les intérêts essentiels de l’écologie. C’est un programme que nous mettons en œuvre qui intègre des idées progressistes en ajoutant des relations.

Anne Hidalgo a proposé mercredi l’organisation de la Primaire à gauche pour désigner un candidat unique à la présidentielle. Le refus de Yannick Jadot, « ce n’est pas responsable », « veut-il garder les électeurs de gauche et les écologistes un peu plus désespérés ? », blâme le porte-parole du Sénat d’Anne Hidalgo Stephen Trussel. « Pourquoi avons-nous gagné les élections locales ? C’est un rassemblement, ” il ajouta.

La gauche est actuellement donnée à un niveau historiquement bas par plusieurs sondages, morcelée en sept candidats, dont deux d’extrême gauche.

Lire à nouveauJean-François Kahn-Ce que vous ne voulez pas encore entendre à gauche