Débat Zemmour-Le Maire : à quoi s’attendre ?


LLes tests candidats d’Eric Zemmour se poursuivent. Après le premier meeting gigantesque à Villepinte (Seine-Saint-Denis) dimanche 5 décembre, la plupart des observateurs ont jugé réussi malgré les violences, et les nouveaux candidats ont eu leur premier débat officiel jeudi soir 9 décembre. Déposer un projet de loi pour.Dans le cadre du programme Elysée 2022, l’ancien journaliste défiera Lemaire à partir de 21h05.

Le défi est de taille pour Eric Zemmour, qui a annulé son déplacement à Lyon en début de semaine pour se préparer pleinement à une telle opposition. Mardi 7 décembre, sur le plateau de Jean-Jacques Bourdan, il expliquait : Je, tu sais, je prépare les choses, je suis assidu. » Il y a bientôt trois ans, en mai 2019, deux hommes rejoignaient l’association Les Éveilleurs. Valeur actuelle..

Ce spectacle Elysée 2022 L’attraction principale est la discussion avec Bruno Le Maire. “Plusieurs ministres étaient candidats” pour discuter avec Eric Zemmour indique un cadre majoritaire. « Le maire est un bon choix car il a du recul et des capacités de théorisation, mais il sait aussi l’amener sur des sujets plus spécifiques et techniques au niveau économique. “Jusqu’à présent, Zemmour ne s’est pas soucié des détails”, a déclaré Walker.

Conférence parasitaire

Lors de la première réunion à Villepinte (Seine-Saint-Denis) dimanche, Eric Zemmour a réduit les baisses d’impôts à la production, “contraint les marchés publics au profit des entreprises françaises” et réduit les contributions au “récupération du pouvoir d’achat”. J’ai fait une proposition économique. Salariés modestes avec “100 euros de plus” par mois.

Lire à nouveau“On ne joue pas au Fiyonbis” : à quoi ressemble la potion économique de Zemmour ?

Mais sa rencontre a été parasitée par des scènes de tension et de violence.Afficher le journaliste jour après jour (TMC-TF1) a été hué et brièvement expliqué. Le candidat a été happé par un individu avant de monter sur scène. Le suspect vient d’être inculpé.

Au début de son discours, des militants racistes de SOS qui ont commencé à mener des actions qu’ils voulaient non-violentes ont été attaqués par des partisans d’Eric Zemmour. Des journalistes de l’AFP ont vu une cinquantaine de personnes identifiées par la police comme appartenant aux Zouaves (un petit groupe d’extrême droite), poser à la sortie du meeting, et scandaient : L’enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny.

Eric Zemmour a blâmé “toute violence” mardi, qualifiant les militants racistes de SOS de “provocateurs”, de “chiens truffiers subventionnés” et les médias de “consentement”. Il faudrait à nouveau interroger les anciens chroniqueurs sur les relations entre ce sujet et les médias. La semaine dernière, il est apparu nerveux lors de sa première interview en tant que candidat au journal télévisé de 20 heures de TF1 et a fait une déclaration insultante au journaliste Gilles Bouleau à l’issue de l’interview.

Fin septembre, Eric Zemmour, qui n’avait pas encore annoncé sa candidature, s’était entretenu sur BFMTV avec le candidat insoumis Jean-Luc Melenchon devant la carte d’audience de la chaîne, 3,8 millions de téléspectateurs. Dans son histoire.