“Décembre fantastique” : Eric Chiotti a accusé à tort la mairie de Besançon de vouloir “déconstruire” Noël.

Éric Ciotti a sauvé Noël. L’adjointe LR des Alpes Maritimes a l’intention de la maire de Besançon d’EELV, Anne Vinott, de “déconstruire” la “culture” et la “tradition chrétienne” de la France en effaçant les plus célèbres en cette fin d’année. fête. Des années d’illumination pour ces nuits.

« A Besançon, grâce à la mairie de vert, on ne dit plus joyeux Noël Plutôt Grand décembre Il a critiqué le candidat républicain dans un tweet avec une banderole lumineuse surplombant la rue piétonne et une photo de l’inscription réelle “Le grand décembre de Besançon”.

“Décembre fantastique” : le nom de l’activité commerciale

Mais comme le maire de Besanson l’a Elle-même s’est souvenue Dans le tweet en réponse à Eric Chiotti, cette accusation est doublement erronée. Pas seulement parce qu’il y a un marché de Noël où l’on peut rencontrer la ville… le Père Noël. Mais aussi, le maire du PS était LREM, Jean-Louis Huselett en 2019, alors que l’activité commerciale “Décembre fantastique” avait été initiée par son prédécesseur.

L’Office des métiers de l’artisanat de Besançon (OCAB) a rapidement répondu aux accusations des agents des Alpes Maritimes. Sur Facebook, il est « Pleine responsabilité du choix de la fantastique campagne de communication de décembre à Besançon » et le nom a été « choisi par l’OCAB à partir de 2019 et utilisé pour promouvoir le programme d’animations tout au long de l’année. Je le garantis. Décembre. “”

“Noël” écrit partout dans les programmes de divertissement

Le programme du festival ne laisse aucun doute. Le mot “Noël” apparaît 150 fois sur 17 pages de programme. “Noël magique”, “Fête de Noël”, “Noël fantastique”… De nombreuses variantes célèbrent la Nativité de Marie et prouvent, le cas échéant, que le Maire Vert n’a pas cherché à y arriver. Faites-le disparaître.

Bien que ramassés à la main dans la hotte, les proches d’Eric Chiotti Du HuffPostConsidérant que la réponse apportée par la mairie de Besançon est « malveillante ». « En fait, c’est la municipalité qui installe les lumières, donc ils font ce qu’ils veulent. Elle n’est pas obligée. Grand décembre « Parce que l’organisation des commerçants a choisi ce nom », expliquent ses collaborateurs. Il envisage de mener une « guerre culturelle » contre ces élus.