Décès de Jean-Jacques Benex, un réalisateur qui souffre d’une relation avec une salle de cinéma

“”J’ai toujours eu des doutes sur le succès. (…) Je me demandais toujours ce qui m’arriverait“Je confesse cet artiste du fond du cœur et je suis passionné de cinéma, de théâtre, de littérature et de bande dessinée. Ils n’étaient pas seulement sceptiques quant au succès, ils en avaient peur.”Il y a un danger au succès, j’ai toujours pensé“.

Né le 8 octobre 1946, Jean-Jacques Benex a commencé sa recherche médicale après avoir obtenu sa licence de philosophie, mais ne l’a jamais terminée à la prestigieuse école de cinéma Idec (aujourd’hui Femis). publicité commerciale efficace (en particulier un spot anti-sida multidiffusé).Ne passez pas à côté“) Mais j’abandonne,”C’est bien d’utiliser son talent pour une cause.“Et cette annonce,”Ce n’était pas la cause“.

Après avoir remporté les galons en tant qu’assistant réalisateur de Jacques Becker (dans le cas d’une série télévisée à succès)Saint bien-aimé“) Puis, avec Claude Berri et Claude Zidi, Baynex réalise son premier long métrage en 1980.”Diva“Il utilise des recettes qui le rendent célèbre – des photographies attentives, des couleurs vives et accrocheuses, un réalisme poétique – mais attire les critiques qui critiquent son mécontentement.”Esthétique publicitaire“.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

-Le gouffre à l’argent-

Le succès ne se fait pas tout de suite en France. “”Diva“Néanmoins, nous bénéficions du Festival de Toronto et le Festival de Toronto le récompensera.”grand Prix“. Gagner et rentrer au pays. Le film obtient quatre Césars et le public est accro à ce thriller mettant en scène une diva qui refuse d’enregistrer sa voix interprétée par l’air d’opéra épique.

Six ans plus tard, dit Baynex,37°2 le matin“Devenir culte : une histoire d’amour et de folie entre Jean-Hugues Angrad et Béatrice Dalle, actrices à la sensualité animale.”Ils étaient probablement amoureux, c’était magique“Je me suis souvenu du cinéaste.

Entre les deux, en 1983, il subit un cuisant échec.Lune dans le caniveau“.”La critique m’a tué“Il dira, évoquera.”Trauma avec de longues ondes“.

Réalisé en 1989Roselyne et le lion“L’histoire d’un acrobate inspiré d’une histoire vraie, et d’un demi-échec en 1992”IP5“Le film d’initiative qu’il pensait de lui”Mieux« Et la fin d’Yves Montand, mort à la fin du tournage.

2001, Thriller psychanalytique”Transfert mortel“Pas bien accepté. Trou d’argent pour le réalisateur”ruines“.

-Psychanalyse-

Pour deux fois dans l’esprit du réalisateur, le public ne colle pas à ce film. “”C’était un film très populaire en Russie, et les Russes ont aboyé de rire, même en Amérique.“Au pays de Lacan, on regrette de ne pas avoir le même sens de l’humour, assène Baynex.

La psychanalyste Elizabeth Rohdinesco, invitée à la première en garantie intellectuelle, est furieuse et fatigue le réalisateur.

Ce sera le dernier long métrage de Beineix, qui ne tournera que des documentaires (“Enfants roumains“,”Place de Clichy sans complexe“…), sous la bannière de sa société de production, Cargos Films.

“”Le documentaire privilégie le sujet, l’individu, la vérité“Souligne ce mec”Dépression et anxiété“, Il a lui-même suivi la psychanalyse.

Beineix fait également une percée remarquée au théâtre avec une pièce de théâtre chez Kiki de Montparnasse, la plus grande muse du peintre de l’époque, et saute dans la littérature avec le roman Toboggan.A propos de la chute d’un personnage qui a perdu foi en l’humanité“.

Express

Autobiographie déguisée ? Il a dit qu’il avait été mis de côté au cinéma. “”Le roman est le seul lieu de liberté qu’il me reste“, a-t-il avoué.


avis

Chronique

François Bazin, essayiste et journaliste spécialisé en politique.François Bazin

Chronique

Christophe DonateurChristophe Donateur

Chronique

Chronique des donateurs Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristophe Donateur

Chronique

Sylvain Chute