Demorand-Covid-19 : Le plus gros avertissement sur la 5ème vague


N.-É.La cinquième vague de Covid-19 est bien là, causant des problèmes dans toute l’Europe, notamment dans certains pays d’Europe centrale. Dans ces pays, le nombre de nouveaux cas chaque jour explose. Si les dirigeants français semblent jusqu’ici apaisés, les trois prochaines semaines s’annoncent décisives et pour l’instant le scénario n’est pas à exclure. C’est exact Si la courbe de la nouvelle affaire continue de monter inexorablementLa situation peut être gravement tendue en France à la veille des fêtes de fin d’année, comme en Autriche, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Le couvre-feu et autres fantômes du blocus flottent au-dessus de nous.

Hôpital sous surveillance

Une nouvelle vague de Covid-19 va se produire alors que l’hôpital est déjà sous pression. Bien avant Sars-CoV-2, les hôpitaux ont connu un hiver difficile et le service des urgences était souvent débordé. Cela se voit dans les nombreux reportages tournés sur ce sujet ces dernières années. En raison de la pandémie qui s’y est déroulée, l’hôpital a subi de véritables saignements chez les soignants ces derniers mois, créant une pénurie sans précédent de professionnels de la santé.

Selon la Fédération hospitalière française (FHF), 2 à 5 % du personnel soignant sont actuellement vacants, et selon le Conseil scientifique, une pénurie de personnel soignant est responsable de 20 % des fermetures de lits. Hôpital public français. Une nouvelle vague d’hospitalisations pour les patients du Covid-19 pourrait alors se transformer en énigmes et même en catastrophes qui ne pourraient être monétisées sans une nouvelle déprogrammation médicale ou chirurgicale. Dans cette optique, la Direction générale de la santé a adressé la semaine dernière une DGS urgente aux médecins libéraux, les informant que le secret peut être exigeant dans certaines circonstances. atmosphère.

Trou de raquette de vaccination

Il y a un critère qui fait la différence entre les pays touchés par cette cinquième vague. C’est le taux de vaccination de la population à risque de développer la forme sévère. En France, 7,6 % des personnes de plus de 60 ans, soit environ 2 millions, ne sont pas vaccinées.

A titre de comparaison, ce chiffre monte à 5,5% en Suède et 65% en Bulgarie, mais les meilleurs élèves de la classe sont l’Espagne, le Portugal et même l’Irlande, avec des taux de vaccination de 100% pour les personnes de plus de 60 ans. Se rapproche. Il y a trop de Français à risque et qui n’ont pas encore été vaccinés, il est donc urgent de tout mettre en œuvre pour améliorer cela.

Troisième dose pour une diminution des anticorps circulants

La cinquième vague de Covid-19 est très différente de la quatrième vague survenue cet été pour plusieurs raisons. Premièrement, les conditions climatiques hivernales froides et humides sont à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur, ce qui rend difficile l’ouverture des fenêtres et donc moins de ventilation. Actuellement, il est scientifiquement établi que l’infection au Covid-19 se transmet via des aérosols, c’est-à-dire par la dispersion de gouttelettes dans l’air environnant, et il existe un risque si la conférence se tient à l’intérieur dans un espace confiné bien ventilé. . Un autre paramètre qui distingue les 4e et 5e vagues est la diminution du taux d’anticorps circulants. Cet été, la France a rompu la séquence de vaccination de masse et avait des taux d’anticorps très élevés, bloquant relativement bien les infections virales et, de ce fait, limitant sa circulation. Après 6 mois, la protection contre les maladies graves reste excellente, mais aucune protection contre l’infection.

C’est pourquoi les cadres ont lancé leur troisième campagne de vaccination. La troisième vaccination provoque une explosion du niveau d’anticorps et re-neutralise les infections chez les personnes vaccinées. Un autre avantage de ce « booster » est qu’il est fabriqué en 6 mois et qu’il est immédiatement disponible pour tous les Français de plus de 50 ans, offrant une protection bien plus durable que la deuxième dose et après injection. Protège très rapidement.

Lire à nouveauEpidémie Coignard-Covid : Macron “doit prendre des risques”

Pourtant, cette troisième dose fait débat dans la communauté scientifique, comme la vaccination des enfants non autorisés en France. De nombreux scientifiques mettent en danger de toute urgence les Français qui ne sont pas encore à risque, plutôt que de vacciner les enfants ou de proposer un troisième vaccin aux personnes de moins de 60 ans. Prévient qu’une vaccination est nécessaire. Néanmoins, cette troisième dose est associée à un ralentissement de la circulation virale, mais la protection des personnes à risque non vaccinées est ciblée pour une réponse ciblée le plus rapidement possible.