Des attaques au couteau “inspirées du djihadisme” ont été déjouées


UDes plans d’attentat terroriste ont été contrecarrés. Deux individus (un homme de 23 ans) ont été interpellés à Meaux (Seine-et-Marne) et Peck (Yvrine) le 29 novembre par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui a reçu des informations indiquant l’état de l’imminence attaque. Ils ont été inculpés vendredi et détenus avant le procès pour un projet d’attaque au couteau “grave et imminent” “d’inspiration djihadiste”. L’Agence France-Presse a appris ce mercredi 8 décembre de sources proches du dossier. Parisien..

A l’issue de leur détention, ils ont été inculpés et incarcérés le 3 décembre pour la « Criminal Terrorist Association », ont ajouté des sources judiciaires. “Au moins l’un des deux envisageait d’agir d’ici la fin de l’année”, a déclaré à l’AFP une source proche du dossier. “Nous détectons l’échange entre eux et les éléments et leur faisons penser que leur projet est sérieux et imminent”, a ajouté la source. En réponse à l’avertissement, le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête préliminaire.

Lire à nouveauLes indiscrets du « Point » – Il faut tout dire à la DGSI

Un suspect admettant sa “fascination” pour l’Etat islamique

L’un des suspects en désaccord avec les faits a été condamné par le tribunal de la jeunesse de Paris en avril 2019 à quatre ans de prison pour mineur et à 30 mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve. « Il a reconnu son appel » aux organisations de l’État islamique (EI), mais « a nié les plans d’attaque », selon des sources proches. « Mais les auditions de ses collaborateurs et d’autres éléments de l’affaire prouvent son grand radicalisme. Selon des sources, le deuxième individu était « prévu pour des violences lors d’une garde à vue ». J’ai avoué.

“Après quelques débats sur la tactique, ils ont décidé de lancer une attaque au couteau dans les rues contre des civils et d’être tués par la police et de mourir en martyr”, a déclaré une source proche, “djihadiste. Cela m’a rappelé un projet sur fond de inspiration. Contrairement aux projets précédents émanant d’individus plus isolés, les deux ont travaillé ensemble. Selon des sources judiciaires, il s’agissait d’agresser des passants aux « temps de Noël » dans des centres commerciaux, des collèges ou des rues.

Lors de la perquisition, “nous avons trouvé un document djihadiste”, des couteaux, des téléphones et des ordinateurs ont été confisqués, selon des sources judiciaires. Selon une source proche, les deux hommes se sont connus sur un réseau social puis se sont rencontrés physiquement.