Disney + : l’épisode des Simpsons de Tian’anmen censuré à Hong Kong


N.-É.La série animée légendaire de Matt Groening ne plaît pas à tout le monde. Lundi 29 novembre, l’Agence France-Presse a enquêté sur le retrait d’un épisode de l’émission satirique que Les Simpsons se sont rendus sur la place Tiananmen à Pékin. Il a été retiré de la plateforme de vidéo en ligne américaine Disney+ à Hong Kong. L’absence de cet épisode fait craindre que la censure ne devienne la norme pour les centres financiers, comme cela se fait dans la Chine continentale voisine.

Disney+ a été lancé à Hong Kong à la mi-novembre, et les téléspectateurs particulièrement vigilants se sont vite rendu compte qu’il n’y avait pas d’épisodes des Simpson dédiés à la Chine.

Lire à nouveauDisney + : Ses armes implacables et ses graves faiblesses

Place Tiananmen controversée

Il s’agit de l’épisode 12 de la saison 16, diffusé pour la première fois en 2005, et se rend en Chine dans l’espoir qu’une famille américaine adopte un enfant. Au cours de cette visite, ils se sont rendus sur la place Tiananmen à Pékin. Là, les manifestations de démocratisation ont été réprimées en 1989.

Dans le dessin animé, il y a un panneau indiquant “Rien ne s’est passé sur ce site en 1989”, et il y a un clin d’œil satirique à la façon dont Pékin essaie d’effacer le massacre de 1989 de la mémoire collective. Lundi, l’AFP a vérifié Disney + Hong Kong et les épisodes 11 et 13 étaient disponibles, mais pas 12.

Les autorités derrière cette suppression ?

On ne sait pas si c’est Disney + qui a tiré l’épisode, ou si ce sont les autorités qui lui ont ordonné de le faire. Dans une question de l’AFP, les géants américains du divertissement ont refusé de commenter, et le gouvernement de Hong Kong a refusé de commenter.

Hong Kong a longtemps joui d’une liberté artistique et politique importante par rapport au continent. Mais pour mettre fin au mouvement antidémocratique massif qui a secoué le territoire en 2019, Pékin a imposé l’année dernière une loi sur la sécurité nationale qui interdit de nombreuses opinions dissidentes.

La censure est endémique

En juin, Hong Kong a autorisé la Commission de censure à interdire les films qui pourraient constituer une menace pour la sécurité nationale. La semaine dernière, la PDG de Pékin, Carrie Lam, a promis de “combler activement le fossé” sur Internet et d’adopter une politique de “fake news”.

Ses commentaires ont accru la crainte que l’Internet de Hong Kong ne soit soumis à la même censure que la Chine. En Chine, les grands réseaux sociaux internationaux, Google et de multiples médias occidentaux sont inaccessibles et sont tous bloqués par la Grande Muraille de Chine, construite par la censure. De l’administration.

Le contenu qui fait la satire de la Chine continuera d’être disponible sur d’autres plateformes de streaming à Hong Kong.