Disparition de la sœur handicapée de Nérac en 2016 : Enquête reprise, mère libérée

Après quatre ans et demi d’enquête, Naimabel Alam, 53 ans, a été renvoyée devant le tribunal pour répondre “.”Meurtre intentionnel exacerbé« A Nagual et Ines, ses deux filles gravement handicapées avaient 12 et 13 ans.

Cependant, ses avocats ont contesté la saisine de la chambre d’instruction de la cour d’appel d’Agen, insistant sur les aveux et l’absence de cadavres.

Dès lors, ce dernier a indiqué à l’AFP Me Sophie Grolleau avoir décidé de renvoyer l’affaire à l’enquête afin que l’enquête puisse reprendre et a ordonné la libération de sa mère, qui a été incarcérée après septembre 2017 sous contrôle judiciaire.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“”C’était une très bonne décision et le tribunal a jugé que l’enquête n’était pas suffisante et a demandé des informations supplémentaires.“, ai-je souhaité la bienvenue à Grolleau.

Lors de son audition et de son contre-interrogatoire, dans diverses versions, la mère a dit ses filles “Toujours en vie“J’ai été pris en charge par mes proches, mais le lieu n’a pas été révélé. Elle a répété sa position devant la salle d’enquête le 20 octobre.”Elle ne veut pas dire ça parce qu’elle a trop peur que sa fille soit placée, c’est sa plus grande phobie“, explique l’avocat.

Les deux sœurs atteintes de maladies motrices et mentales sévères n’ont montré aucun signe de vie depuis décembre 2016, puisqu’elles ont quitté l’établissement spécialisé le jour où elles ont été prises en charge. Leur disparition a été signalée au parquet d’Agen fin avril 2017 par un service du ministère.

Première poursuiteNégligence mineure« En septembre 2017, sa mère, Naimabel Alam, a vu son acte d’accusation évoluer comme suit : »Meurtre intentionnel exacerbé« Janvier 2018, après la découverte de la tâche »Brunâtre“Chez Nérac.”Mais tu ne peux pas dire que c’est du sang», garantit son avocat en se basant sur son expertise.

Une mère marocaine était une ancienne comptable qui a été abandonnée par son mari et a élevé ses deux filles nées avec des malformations. “”Lorsqu’elle l’a aidée à respirer et a demandé des soins et du soutien, elle s’est rendu compte qu’elle faisait face à un refus.“, dit son avocat.

“”Elle aime sa fille, mais perd toute confiance dans le système des agences spécialisées. Par conséquent, sa décision était de mettre ses filles en danger depuis la France.“, poursuit l’avocat.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Malgré des enquêtes approfondies au Maroc, les enquêteurs n’ont pas été en mesure de déterminer où les deux sœurs pourraient se trouver.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Rama Yade, vice-président du Parti radical (PR), 10 mars 2012.Sylvain Fall

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner