Dopage : Deux ans de prison pour cyclisme “Dr. Mabuse”


N.-É.Le vélo “Dr. Mabze” est rarement salé. Le tribunal correctionnel de Paris a requis lundi 29 novembre une peine de deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende. Bernard Signs, un “naturothérapeute” impliqué dans une affaire de dopage, tente d’inciter à l’activité illégale et au dopage de la médecine et des pharmacies.

Sainz a souligné qu’il ne pouvait “plus être suspendu” en raison de sa condamnation antérieure, et les procureurs ont également déclaré que l’accusé de 78 ans serait frappé d’une “interdiction décisive d’expert” dans les domaines de la santé et du sport. Je l’espérais. Ancien cycliste Loïc Elbreto, 45 ans, soupçonné d’avoir contacté un sportif avec M. Signes, le procureur a déclaré avoir “soutien à l’usage de produits dopants” pendant neuf mois avec une amende de 5 000 €. “.

Lire à nouveauDopage : le “Dr Mabze” inculpé

Prendre soin d’athlètes célèbres

Le procureur demande à l’ancien acteur Pierre Marie Carlier, 56 ans, une peine de six mois avec sursis et 8 000 € d’amende pour mettre en contact le fils cycliste semi-professionnel Alexis avec Bernard Signs. Cette performance sportive”.

Ancien coureur amateur et directeur sportif adjoint ayant rejoint l’équipe Gammercie, Bernard Signs, qui évolue dans le monde du cyclisme depuis longtemps, a longtemps entretenu la réputation de Guru, qui repousse toujours les limites et flirte. bonne relation chez Peloton.

Son site met en lumière les soins généreux apportés à de grands noms du cyclisme dans les années 1960 et 1970, tels que le Tour de France (1975, 1977) double vainqueur du Prix d’Or, Guimard, ou encore Bernard Tevenet. Plus tard, il mourut aussi du cyclisme français Philippe Gaumont, décédé à l’âge de 40 ans des suites d’une crise cardiaque condamnée pour dopage, ou Anne du cyclisme belge, décédée à l’âge de 34 ans après une carrière marquée par un incident de dopage et de drogue. j’ai côtoyé Frank Vandenbroucke, un fan terrible. ..

Ce n’est pas son premier problème juridique

Après plusieurs procès, il a été condamné à deux ans de prison à Paris en 2014. Cela comprend des années d’emprisonnement pour des années d’emprisonnement pour la communauté cycliste, en particulier pour incitation au dopage et pratique médicale illégale. 1990. En février 2019, la cour d’appel de Caen l’a condamné à 12 mois de prison et 2 000 € d’amende dans une autre affaire dans le monde du cyclisme semi-professionnel et amateur.