Ecobook de cette semaine : Quand la révolution numérique bouleverse le droit social

Changements dans le travail et la technologie

Utilisation Jack Barthélémy et Gilbert Sette. Odile Jacob, 187 pages, 19,90 euros.

L’Express Note : 4/5

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Tandem entre économistes Gilbert ce L’avocat Jack Balceremi approfondit constamment la voie de l’adaptation du droit du travail aux nouveaux défis économiques.arrière Réforme du droit du travail 2015, Travailler au XXIe siècle En 2017, ils répètent aujourd’hui Changements dans le travail et la technologie.

Et, sur la base des convictions que les auteurs ont toujours partagées, la collaboration reste fructueuse. Les nouvelles formes de travail créées par la révolution numérique ne s’adaptent pas aux droits sociaux conçus pour le travail répétitif dans les usines. Bien sûr, au bureau. Au contraire, il appartient aux droits sociaux de s’adapter pour continuer à protéger tous les travailleurs sans interférer avec de nouvelles formes d’activité. Des lois du travail complexes et lourdes entravent la productivité et la flexibilité, et un chômage structurel élevé ne peut pas protéger efficacement les employés …

Le droit du travail d’une autre époque

Comment concilier tous ces objectifs ? La médiation doit être menée au sein de l’entreprise par le biais de négociations aussi souvent que possible. Cela signifie mieux définir les domaines dans lesquels les conventions collectives peuvent influencer les contrats de travail, renforcer la représentation des employés et améliorer la prévention et la résolution des conflits.

Problème : Ces recommandations vont à l’encontre de la tradition française du jacobin “Legicent Lisme”, qui a réussi à créer des lois du travail obèses, bruyantes et moins protectrices… alors, bien sûr, Gilbert Sette. Et Jack Balceremi n’a pas prêché dans le désert sur tout cela depuis des années, alors que toutes les réformes du droit du travail qui ont eu lieu au cours de la dernière décennie vont dans le sens d’une plus grande décentralisation.

Il n’en demeure pas moins qu’il est important de ne pas s’arrêter au milieu alors que le monde continue d’avancer. L’augmentation des travailleurs indépendants, par exemple, cherche une nouvelle protection même si l’auteur ne croit pas au cannibalisme du travail salarié dû au travail transcendantal…

Les défis du télétravail

Il y a de nombreux défis. Contrairement aux salariés, les professionnels indépendants n’ont pas de rémunération minimale, ne bénéficient pas de la protection habituelle des conditions de travail (durée maximale, droit au repos), sont licenciés toute la nuit et supportent des risques financiers. Associés à leurs outils de travail.

Ces changements nécessitent la mise en place de « droits à l’activité professionnelle ». Elle ne repose pas sur le principe de la subordination juridique, mais sur une protection proportionnelle à l’autonomie. Est-il normal que les ingénieurs et ouvriers de haut vol bénéficient de la même protection, mais que les ouvriers soniqués n’aient presque rien ?


Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Expérience à grande échelle Télétravail Pendant la pandémie, nous revisiterons également des formes spécifiques de subordination, notamment la mesure du temps de travail… et des ajustements réglementaires et des précautions sont nécessaires. Les avocats et les économistes apportent un dialogue social plus fructueux au sein de l’entreprise que les réponses toutes faites. Pas comme remède miracle, mais comme preuve de bon sens.


avis

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Bouzou, économiste et essayiste, est le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès.Nicolas Buzo

Chronique

Abnoussé Shalmani

Chronique

Donneur de chronique.Christoph Donner