Education des enfants en situation de handicap : Eric Zemmour suscite la polémique


MoiIl s’est dit favorable à des “aménagements spéciaux” pour les enfants handicapés et opposé à “l’attachement à l’inclusion” dans les milieux scolaires traditionnels. Un mot qui évoque la “colère” de la secrétaire d’Etat Sophie Krusel. Vendredi, lors d’une discussion avec un enseignant travaillant sur ses objectifs à Onukur-sur-Esco (nord), le candidat d’extrême droite a déclaré : « Sauf pour ceux qui ont un handicap apparemment léger, nous sommes en fait des professionnels. Je pense qu’il nous faut un établissement . “

“Pour le reste, oui. Je pense que l’obsession de l’inclusion est un mauvais moyen pour les autres enfants et les enfants pauvres qui sont complètement dépassés par les autres enfants. Je pense que nous avons besoin d’un enseignant professionnel pour s’en occuper”, a-t-il déclaré. La secrétaire d’Etat Sophie Krusel a accusé la “déclaration pathétique” sur Twitter samedi. Elle s’est montrée “très en colère” sur BFMTV et a critiqué la vision “désastreuse” et “exclusive” du handicap.

“Bien sûr que c’est compliqué, mais c’est un véritable honneur pour la France d’éduquer ces enfants avec d’autres enfants”, a-t-elle ajouté. Damian Abbado, l’agent leader de LR, est lui-même handicapé et a accusé Eric Zemmour de propos “scandaleux” et de “séparation à tous les étages”.

Lire à nouveauPrésident : Eric Zemmour officialise sa relation avec Sarah Nafo

“S’il vous plaît, présentez-moi des excuses publiques.”

“Oui, nous devons être obsédés par l’inclusion. Veuillez nous présenter des excuses publiques”, a-t-il lancé sur Twitter. Éric Zemmour (Reconquête !) a nuancé ses propos samedi matin à Villers-Cotterêts (Aisne). “Bien sûr, les mettre dans un établissement normal peut être bien parce qu’ils leur permettent de progresser et de se socialiser. Et c’est la souffrance de ces enfants “handicapés”. Il y a plus de cas réels, plus d’autres qu’on ne le dit.

“Je voulais dire que je ne voulais pas que l’obsession de l’inclusion nous vole et nous amène à ignorer le besoin d’installations spécialisées”, a-t-il poursuivi. “Comme toujours, je pense que c’est une position idéaliste. Je pense qu’il vaut mieux se mettre ensemble. Je ne pense pas.”, “Pour mieux s’occuper, pas pour les mettre à l’écart.”

Le candidat à la présidentielle a appelé chaque enfant à “prendre en compte les cas particuliers”, ainsi que la possibilité d’une “passerelle” entre “institutions” et “ordinaire”.

Lire à nouveauRafael Entoben : « Zemour ne se bat pas, il défie ! » »